J’ai testé pour vous… les tablées cachées !

tablées

Pour vivre heureux, dînons cachés ! Si l’adage originel a été quelque peu modifié, l’équipe des Tablées Cachées ne s’y est pas trompée ! La recette du succès ? Chaque mois,  un chef, un endroit insolite et une tablée de curieux gourmands dînant avec le(s) propriétaires du lieu pour le découvrir et s’imprégner de son histoire. Vous imaginez bien que je ne pouvais manquer une telle promesse de bon repas et d’expérience inédite… : j’ai testé pour vous les tablées cachées !

Les Tablées Cachées, c’est l’association de Coline, Amélie et Jocelyn, trois passionnés amateurs de bonnes tables, qui ont trouvé LA recette pour un dîner plus que parfait : réunir, le temps d’une soirée, un chef et de chanceux gourmands dans un lieu secret, ouvert tout spécialement. Chaque mois, ces tablées réunissent ainsi une vingtaine de privilégiés, qui en plus de se régaler, découvrent les coulisses d’un endroit insolite. Parmi les dernières éditions, on notera notamment un diner dans une Nef, un autre dans les Anciens Frigos de Paris, ou encore une soirée sur les hauteurs de Belleville, dans d’anciens ateliers aux cours fleuries et aux faux airs de campagne. Et si le plaisir de la découverte est bien une des motivations premières du trio, celui de la dégustation n’est pas en reste : chaque fois, aux fourneaux, un maestro de la cuisine !

L’équipe déniche chaque fois des lieux hors du commun. Et le mystère demeure jusqu’à la dernière heure : si quelques indices sont dévoilés avant, le rendez-vous est donné la veille et ne laisse souvent pas présager de l’ampleur de la surprise qui attend les convives. C’est donc bien enthousiaste que je me présente un dimanche soir dans le 13ème arrondissement, à deux pas de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. Coline, Amélie et Jocelyn nous retrouvent accompagnés de Côme, interne en médecine, qui sera notre hôte de la soirée. Le dîner est en effet prévu dans un lieu habituellement connu que des seuls médecins : la salle de garde !

tablées cachées

Certaines d’entre elles ont fait couler beaucoup d’encre ces dernières années ; on se souvient en effet de la fresque polémique de Clermont ! Les salles de garde ont en effet un folklore… et une tradition paillarde assumée. Cantine des internes et des médecins, la salle de garde est un lieu à part d’un hôpital. Ses règles sont très codifiées : ici, toute hiérarchie hospitalière est abolie (seul règne en maître l’économe, un interne qui gère la vie du lieu), et toute mention à l’univers médical interdit. Sous peine de se voir octroyer une punition… comme celle de chanter une chanson paillarde ou d’embrasser son voisin. La salle de garde est un véritable sas de décompression.

tablées cachées

Nous découvrons ce lieu atypique sous les explications de deux économes et de médecins habitués de la salle. Quand vient l’heure de l’apéro, les bouteilles sabrées nous permettent d’apprendre que le tire-bouchon est interdit en salle de garde : sa forme trop proche d’instruments médicaux lui a valu d’être banni.

Puis vient l’heure du dîner : le chef Benjamin Schmitt a mis tout son talent dans un menu clin d’oeil à la médecine.  Du coeur de canard, un condiment mûre servi comme « une tâche de sang », une seringue pour recouvrir de coulis une pêche pochée… Tout est juste, délicieux et parfaitement assaisonné. Les discussions vont bon train et l’on se régale tout en échangeant avec les internes et médecins, qui sont ravis de partager avec nous les coulisses de cet univers si particulier.

tablées cachées

Verdict de cette tablée cachée ? Un sans-faute ! Le dîner est un régal et nous sommes tous ravis d’avoir, le temps d’un soir, eu accès à un lieu si secret.

tablées cachées

Vous voulez vous aussi rejoindre un de ces dîners ? C’est simple mais il vous faudra être rapide : abonnez-vous vite à la newsletter des Tablées Cachées et sautez sur les réservations dès que le prochain évènement s’annonce ! Pour ce qui est du prix, il vous faudra compter 70€ par personne… un tarif un peu élévé mais qui se justifie par la qualité de la prestation et de la cuisine, d’un niveau gastronomique.

(Encore merci à ma grande amie Claire qui m’a permis de vivre cette soirée d’exception ! Et merci à nos hôtes et notre chef d’un soir)

Infos pratiques :

(Article également publié sur Graines de blogueuses)

L’agenda de la semaine

Agenda

Le doute n’est plus possible : avec une telle météo, les vacances sont bien loin… Mais la rentrée peut être aussi synomyme de sorties sympas ! Vous n’y croyez pas? Suivez cet agenda !

Lundi 19 septembre

Philo

A l’occasion de la sortie de son nouvel essai « Les vertus de l’échec », Charles Pépin (le bien nommé ?) vous invite à philosopher. Au programme de ce café philo du lundi, une question cruciale : « A-t-on besoin de se planter pour savoir qui on est ? ». Rdv ce soir au mk2 Odéon, Côté Saint Germain pour le savoir.

  • Cycle Les Lundis Philo de Charles Pépin, chaque lundi à 18h30
  • Tarif normal : 15€; tarif réduit (étudiant, demandeur d’emploi…) : 9€
  • MK2 Odéon, 109-113 Boulevard Saint-Germain, 75006 Paris

Mardi 20 septembre

E.P.S

Plus jeune, vous vous faisiez porter pâle pour manquer le cours d’E.P.S ? Voici de quoi vous réconcilier avec le sport… et avec votre corps ! Pour 10€, Haiha vous propose une séance découverte de yoga. Parfait pour renouer avec une activité et pour dénouer des tensions qu’une rentrée endiablée aura sans doute occasionnées.

Mercredi 21 septembre

Histoire des Arts

Ceci n’est pas une expo. Mardi, on poursuit la philosophie avec l’exposition « Magritte, la trahison des images ». L’artiste surréaliste et ses oeuvres sont à l’honneur à partir de mercredi (et jusqu’en janvier) au Centre Pompidou. Plus d’une centaine de tableaux, de dessins, et des documents d’archives, pour découvrir et redécouvrir le peintre.

Jeudi 22 septembre

Géo

Les voyages forment la jeunesse… et elle le leur rendent bien ! Pour réviser sa géo, rien de tel qu’une soirée Traveler On Stage. Le principe parlera aux fans de TedTalks ! Des voyageurs passionnants montent sur scène et partagent, en six minutes montre en main, leur(s) histoire(s) et expérience(s). Bingo pour cette édition : l’entrée est libre (sur réservation) et ça se passe au magasin Général des Grands Voisins, un lieu plus que top ! 

Vendredi 23 septembre

Musique

Qui dit étude dit travail, qui dit taf te dit les thunes, Qui dit argent dit dépenses, qui dit crédit dit créance… Alors, on danse ! Pour évacuer le stress de la rentrée, on suit les conseils de Stromae ! La soirée  Free Your Funk est de retour pour notre plus grand plaisir. On se rue sur les préventes avant qu’elle ne soit sold out et on s’entraîne au déhanché : ça va swinger !

Samedi 24 septembre

Cuisine

On pourrait me reprocher un certain manque d’objectivité – mon côté breton peut-être – mais je ne comprends pas que le beurre ne soit pas encore inscrit à tous les programmes scolaires… Avec Pur Beurre, la Recyclerie invite les Parisiens à venir fêter la gastronomie en toute légèreté. Au programme, « partage des connaissance et savoir-faire beurriers »,  démocratisation du bien manger, dégustation et fabrication de beurre… #MIAM

  • Samedi 24 septembre – 10.00-11.30 / 14.00-19.00
  • La Recyclerie, 83 Boulevard Ornano, 75018 Paris
  • Programme complet

Dimanche 25 septembre

Récréation

Une semaine si productive, ça mérite bien un peu de détente, non ? Le Forum des Images est à la fête toute la semaine avec le lancement de son cycle « Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux?« . Venez passer la soirée en compagnie de Blake Edwards, il vous invite à sa « Party » ! 

J’ai testé pour vous… le stinky Tofu!

Stinky tofu

En 2011, je m’installais pour six mois sur la charmante île de Taïwan et y découvrais… le Stinky Tofu ! Malgré ce nom peu engageant, je l’ai testé pour vous … et en garde – 5 ans plus tard – un souvenir impérissable !

Si les Français ont pour réputation d’être de téméraires gastronomes, capables de manger des mets odorants voire… moisis, les Taïwanais ne sont pas en reste !  Véritable star des night markets, le Cho Dofu – autrement connu sous le nom « Stinky Tofu » – est un incontournable de la cuisine taïwanaise. Il partage avec son « cousin » – classique tofu issu du caillage du lait de soja – l’aspect pâteux et mou, mais s’en distingue par l’odeur. Le stinky tofu est en effet sacrément bien nommé :  impossible de manquer ses effluves dans les night markets nombreux sur l’île ! Il fait honneur aux origines étymologiques du terme chinois 豆腐 dòufu, ou « pourriture de haricots ».

Souvent frit avant d’être consommé, il se mange accompagné de légumes, dans un bouillon ou encore sous la forme de brochettes, en repas sur le pouce. Et les Taiwanais ne boudent pas leur plaisir : du petit déjeuner au snack nocturne, le stinky tofu compte parmi leurs snacks préféres et se mange à toute heure de la journée.

Ma conclusion du test ? Une certaine perplexité… Il est bien connu que la saveur d’un plat s’apprécie aussi souvent à son odeur et celle du cho dofu a, pour ma part, inhibé mes papilles gustatives ! Mais je ne regrette pas le test et vous encourage à tenter l’expérience si vous avez l’occasion de vous rendre à Taïwan. Après cela, vous pourrez en effet répondre avec dignité aux Taïwanais tentés de rire face à votre mine dépitée qu’ils n’ont plus qu’à goûter le bleu ou le roquefort !

Paris : 10 idées sorties pour les Journées du Patrimoine

Journées du Patrimoine

Oyé, oyé, réjouissez-vous : les journées européennes du Patrimoine sont de retour ce week-end et promettent, comme toujours, de superbes découvertes. A Paris et en Ile-de-France, plus de 1500 sites ouvriront leurs portes aux visiteurs. Dur de faire son choix parmi cette offre gigantesque… Le coeur serré, je me suis pourtant attelée à la tâche : découvrez ma sélection de 10 sorties !

Les journées européennes du Patrimoine – qui fêtent cette année leur 33ème édition – sont de retour les 17 et 18 septembre dans la France entière. Le concept demeure inchangé : ouvrir au public des lieux méconnus et lui donner accès à des monuments ou espaces habituellement fermés ou limités à un public de professionnel. Et les habitants d’Ile-de-France sont chanceux : 1500 lieux et 2500 animations les attendent. Culture, histoire, danse, métiers insolites, le programme est chargé.

1 – La touche histoire
Institut de Paléontologie Humaine – Paris 13ème

Tant qu’à aller à la rencontre de l’Histoire… autant commencer par le commencement ! L’institut de Paléontologie humaine, consacré à la préhistoire et à l’étude des premiers peuplements, compte parmi les plus anciennes fondations de la ville. Habituellement fermé au grand public, le lieu ouvre ses portes à quelques privilégiés. L’entrée à une visite guidée se fait sur réservation… Dépêchez-vous, les places sont limitées !

2 – Liberté, Egalité, Citoyenneté
Assemblée Nationale – Paris 7ème

Si la rentrée vous a fait passer l’envie de vous asseoir sur les bancs de l’école, je suis certaine que vous ne bouderez pas une petite révision de vos cours d’éducation civique « in situ ». Cap sur l’Assemblée Nationale ! Visite du palais Bourbon, de l’hémicycle et des nombreux salons : découvrez le temps d’un week-end le cadre et le fonctionnement de cet endroit pas comme les autres.

  • Assemblée Nationale
  • 126 rue de l’Université, 75007 Paris
  • Visites libres les 17 et 18 septembre de 09h à 18h

3 – Back to the future past
Ecole des restaurateurs d’art – Aubervilliers

A l’école des restaurateurs d’art, on remonte le temps. Sculpture, peinture, mobilier, les ateliers de la Manufacture des allumettes sont un temple dédié à l’art. Lors de ce week-end patrimoine, les visiteurs pourront aller à la rencontre des enseignants et élèves de cette école atypique. Et le lieu vaut le détour : la manufacture, ensemble industriel du XIXème, est en effet classée monument historique !

4 – Molitor, J’adore
Piscine Molitor –  Paris 16ème

Si les chaudes températures estivales se poursuivent, pourquoi ne pas prendre au pied de la lettre cette invitation au grand bain culturel… en allant découvrir les bassins de la piscine Molitor ?  Inaugurée en 1929, fermée soixante ans plus tard, la piscine au style remarquable a été rénovée et a rouvert en 2014. Mais ses tarifs – hum – conséquents peuvent refroidir les plus téméraires d’entre nous. Profitons donc de dimanche pour la découvrir, lors des visites libres qu’elle propose.

  • Piscine Molitor
  • 8 Avenue de la Porte Molitor, 75016 Paris
  • Visites libres le dimanche 18 de 12h à 18h

5 – « Papiers, s’il vous plaît »
Musée de la Gendarmerie Nationale – Melun

Une visite qui a du chien ! Le musée de la gendarmerie Nationale à Melun propose en effet pour ce week-end spécial une série de démonstrations cynophiles. Au programme, présentation du métier de maître chien et …mises en situation : recherche de stupéfiants, simulation d’une attaque, recherche d’explosifs, recherche de personne disparue…. Grixy, Dicks, Gringo, Haefen et Fider, 4 bergers belges et un Saint-Hubert, sont sur tout les fronts et n’ont qu’une hâte : vous montrer leur savoir faire !

6 – Opéra(ts)
Ecole de danse de l’opéra national de Paris – Nanterre

Consacrés par Louis XIV qui crée en 1713 le « Conservatoire de danse », la danse et son apprentissage font partie de l’histoire de France et sa région capitale. Installée depuis 1972 à Nanterre dans un bâtiment moderne, l’école de danse de l’opéra de Paris accueille les petits rats qui rejoindront, pour la plupart, les ballets de danse. Que vous ayez la grâce d’Anna Pavlova ou que vous ne sachiez pas aligner deux pas de danse, venez découvrir ce lieu d’exception pour vous sentir, le temps d’une journée, « un peu plus près des étoiles ».

7 – Zoo sous-terrain
Museum National d’Histoire Naturelle – Paris 5ème

Vous aviez déjà entendu parler du crocodile perdu dans les égouts ? Et si je vous disais que les sous-sols parisiens abritent bien d’autres animaux ? Vous en saurez plus ce week-end en vous rendant au Museum National d’Histoire Naturelle. Le musée lève en effet le voile sur ses coulisses en proposant aux visiteurs de découvrir la Zoothèque grâce à une retransmission en direct dans l’auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution. La jungle parisienne n’a jamais mieux porté son nom !

8 – Dame Justice
Cité judiciaire de Pontoise

On n’entre rarement dans ses murs sans crainte. La cité judiciaire de Pontoise ne manque pas d’impressionner, elle qui se dresse fièrement sur les hauteurs de la vieille ville. Cette fois, vous pouvez y aller le coeur léger : c’est accompagné d’un avocat et de la chargée de patrimoine du bâtiment que vous découvrirez la vie et le fonctionnement de ce lieu de justice.

9 – A bon port
Heliport de Paris – Issy les Moulineaux

Paris, ville (héli)portuaire ! L’Héliport de Paris, créé en 1957, ouvre ses portes au public pour ce week-end patrimoine. Rencontres avec des professionnels et passionnés, observation d’hélicoptères de la sécurité civile, visite du site qui s’étend sur 4,5 hectares : le programme est chargé !

  • Heliport de Paris
  • 15ème arrondissement – sud de la porte de Sèvres et du boulevard périphérique
  • Visites libres le dimanche 18 septembre

10 – Métro, boulot… maso ?
RATP – Paris

Vous avez l’impression de passer votre vie dans les transports et redoutez chaque lundi et son retour aux trajets sous-terrains ? Pourtant, l’idée de « replonger » en week-end n’a pas effrayé de nombreux parisiens ! Quand la RATP a mis en ligne les activités proposées pour les journées du patrimoine, les places se sont arrachées en quelques minutes. Guettez toutefois les actus sur sa page dédiée : des places pourraient être remises en jeu en cas de désistement. On se connecte, on rafraîchit la page et – clin d’oeil à nos semaines en métro –  on ne désespère pas et on fait preuve de patience ! #Mercidebienvouloirpatienter

Les bonnes adresses de Marion à Lyon

Marion

Vous avez faim ? Ca tombe bien ! Marion, la gastronomie, c’est sa passion ! Elle en a fait son métier et partage chaque jour sur son blog son regard affuté et amusé sur l’univers de la « comm food ». Autant de bonnes raisons de suivre ses conseils et de découvrir ses 5 bonnes adresses à Lyon, sa ville d’adoption et de coeur.

Un restaurant ?

Café Arsène

Un petit nouveau à Lyon : Café Arsène. Bon, en fait n’est n’est pas vraiment un restaurant… ni un bistrot, ni un café, ni une sandwicherie, ni un salon de thé d’ailleurs, c’est un peu tout ça à la fois ! En plus des sandwichs à emporter, il y a une proposition de plats à déguster sur place, qui change très régulièrement avec les produits de saison. Jonathan, le chef, est juste dingue, il fait des petits bijoux avec des choses qui peuvent paraître très « simples » comme une salade façon niçoise ou un velouté de petits pois à la française. Je suis une grande consommatrice de légumes, mais de là à penser qu’un jour je puisse prendre mon pied avec une soupe glacée de concombre ! (il paraît que sa terrine est fameuse également…)

  • Adresse : 5 rue du Garet, 69001 Lyon
  • Lun-Sam: 08:00-18:00
  • +33 4 72 10 07 99
  • Café Arsène : SiteFacebook

Un café ?

Le Kitchen Café

SANS AUCUNE hésitation : le Kitchen Café. Pour un café le matin, le midi ou l’après-midi. A vrai dire, c’est juste un prétexte, on se rue surtout au Kitchen Café pour les desserts à l’assiette de Laurent, le chef pâtissier. Des vrais chefs d’œuvre, visuellement comme gustativement (et servis tout l’après-midi !)… J’aurais volontiers répondu cette adresse dans la question précédente, car question salé, ils font aussi partie de mes chouchous. Connie, la chef cuisinière, a l’art de me régaler et me bluffer avec des plats à la fois simples mais toujours créatifs et pleins de saveurs « inoubliées ». Le Kitchen Café est l’un des rares restaurants, peut-être le seul, où je mange aussi bien tout en me sentant comme à la maison.

  • Adresse : 34 rue Chevreul, 69007 Lyon
  • Mer-Dim : 08:30 – 18:30
  • +33 6 03 36 42 75
  • Kitchen Café : Site / Facebook

Une adresse « shopping » ?

Le Marché Saint-Antoine

Une adresse à ciel ouvert : le marché Saint-Antoine sur les quais de Saône le dimanche matin. Pour les étals de couleurs, de saveurs et de parfums, l’agitation qui y règne… et la petite balade matinale dominicale.

  • Adresse : Quai Saint Antoine, 69002 Lyon
  • Lun-Ven : 06:00 – 13:00 / Sam-Dim : 06:00 – 13:30
  • +33 4 72 10 30 30
  • Site Marché Saint-Antoine

Un lieu de culture ?

Cinéma Comœdia / Le Fantôme de l’Opéra

Je n’y vais malheureusement pas assez souvent, mais j’adore la programmation éclectique du cinéma Le Comœdia ! Et si vous êtes plus opéra que cinéma, foncez vous enivrez l’esprit au Fantôme de l’Opéra, un bar unique en son genre où l’on savoure de vrais cocktails de créateur. La carte, le décor, l’ambiance, la musique… votre passage là-bas vous hante encore longtemps après.

Cinéma Comoedia

  • Adresse : 13 avenue Berthelot, 75007 Lyon
  • Lun-Ven 10:00-22:00 / Sam 09:00-22:00 / Dim 11:00-20:00
  • +33 4 26 99 45 00
  • Site Cinéma Comoedia

Le Fantôme de l’Opéra

  • Adresse : 19, rue Royale, 69001 Lyon
  • Mar-Sam 18:00-01:00
  • 04 37 92 03 88
  • Le Fantôme de l’Opéra : Site / Facebook

Ton adresse coup de coeur?

Le Jardin des Curiosités

Le genre de spot qu’on aimerait grader secret (donc chut !) : le Jardin des Curiosités, sur les hauteurs de Fourvière. Une vue imprenable sur le tout Lyon qui se mérite ! (enfin si comme moi on s’y rend à pied… ça participe au plaisir ô combien infini d’y accéder 🙂 Un vrai petit coin de paradis pour se retrouver, papoter, contempler, pique-niquer, trinquer, rêvasser… se dire des mots doux et se faire des bisous dans le cou. Ou tout ça à la fois.

  • Adresse : Sur les hauteurs de Saint-Just, 69005 Lyon
  • Tous les Jours : 07:30 – 20:30
  • +33 1 42 36 06 77

Retrouvez Marion sur le net :

Pantone de vacances

Pantone

Il fait chaud, il fait beau, mais vous êtes malheureusement coincés derrière votre ordinateur ? Offrez-vous une pause rafraîchissante ! Pour voir la vie en couleur, craquez pour les détournements Pantone de la poétique Teresa, fondez sans culpabilité pour les nuanciers glacés, et fantasmez sur une prochaine virée à Monaco, occasion d’aller découvrir le Pantone Café, nouveau corner du géant des couleurs : #FRESH !

Nuancier de vacances

L’artiste lisboète TérésacFreitas, au compte instagram fleuri et coloré, s’est amusée à détourner les codes de Pantone, grand manitou des couleurs. Résultat : de nouvelles nuances au bon goût de vacances. On ne s’en lasse pas !

Effet rafraîchissant : 9/10.
Potentiel « frustrant » : 10/10

 

A qui profite la cream ?

Italiennes, bi-goûts, aux fruits : les glaces sont les reines incontestées de l’été. Et le plaisir des yeux n’est pas en reste ! Craquez pour un péché 100% allégé en admirant les planches pantones glacées.

Effet rafraîchissant : 7/10.
Risque gourmand : 9/10.

Pantone ice cream

Pantone toppings

Pantone Café

Après cela, vous n’avez qu’une envie : quitter de suite votre bureau et courir déguster une glace face à la mer ? Pour filer la métaphore colorée, rendez-vous au Pantone Café, corner éphémère de la marque, installé à Monaco jusqu’au 09 septembre. Le lieu pousse à son paroxysme les déformations professionnelles des graphistes : toute nuance y a son code pantone. Un plaisir des yeux et des sens… outre le café, on y trouve des jus et … des glaces, of course !

Effet rafraîchissant : 8/10.
Tentation d’y dépenser tout son argent : 7/10.

Pantone CaféPantone Café
Pantone Café
PANTONE CAFE
  • Adresse  : Esplanade du Grimaldi Forum, 10 avenue Princesse Grace 98000 Monaco
  • Jusqu’au 09 septembre
  • Tous les jours 10:00-20:00, Jeu : nocturne jusqu’à 22:00
  • Facebook / Instagram

J’ai testé pour vous… les bobos de l’été

les bobos de l'été

N’en déplaise à une certaine Sophie qui crierait au plagiat, cet article aurait pu s’appeler « Les malheurs de Klervi ». Il faut en effet savoir que tout voyage se transforme souvent avec moi en une aventure digne des plus grands moments de François Perrin. Piqûre de méduse, sévères coups de soleil, mal de mer, épines d’oursin, chutes, bosses et bien sûr, nombreux passages à l’hôpital : j’ai testé pour vous… les bobos de l’été !

 

Le coup de soleil

coups de soleilLe contexte

Ah, le soleil ! Comme un bon nombre de mes semblables, avec l’arrivée de l’été, je n’ai qu’une envie : profiter de ses rayons et sentir sa chaleur sur ma peau. Oui, mais voilà, sa douce chaleur est trompeuse et serait même plutôt « main de fer dans un gant de velours » ! Avec ma peau sensible et malgré de généreuses couches de crème, je me suis ainsi retrouvée bien trop souvent marquée au fer rouge

Que faire ?

Il est essentiel de réhydrater au plus vite votre peau brûlée en appliquant, par couches épaisses, de la biafine ou de l’aloe vera. Si des cloques apparaissent ou si vous souffrez également d’une insolation, rendez vous dans la pharmacie la plus proche ou chez le médecin. Buvez énormément, évitez les heures les plus chaudes de la journée, renouvelez l’application de votre crème très régulièrement et bien sûr… retenez la leçon ! Il est vraiment dommage de brûler littéralement son capital santé, donc une solution : sortez couvert… de crème ou de vêtements.

Le mal des transports

Le contexte

C’est un peu un comble quand on sait combien j’aime voyager mais je suis depuis toujours malade en transports. Et l’ironie est poussée à son paroxysme quand je prends le bateau : j’ai beau être bretonne, fille et petite fille de marin, j’ai l’estomac à l’envers dès qu’il s’agit de prendre la mer. Nul besoin des détails peu glamour, vous l’aurez compris, le transport et moi, ça fait deux.

Que faire ?

Si comme moi, vous êtes abonnés depuis l’enfance au vogalen et regardez les manèges avec une défiance absolue, prenez quelques précautions. Mangez léger avant de partir, réservez vous un siège près d’une fenêtre, pour pouvoir regarder au loin et surtout pour vous aérer aux premiers signes de malaise. Tournez-vous vers l’homéopathie ou les aides préventives (cocculine, bracelets…) et… ne sortez jamais sans un petit sac à portée de main (on ne sait jamais ;-p).

La méduseméduse

Le contexte

Eté 2015. Je me baigne dans une magnifique crique à deux pas de l’île rousse, l’eau est cristalline et le soleil de plomb. Ma plénitude est soudain interrompue par la venue de Pélagie la méduse – ou Pelagia noctiluca, très belle méduse mauve de son état – qui décide de me piquer. Résultat : un cri tonitruant et un genou doublant de volume sous l’effet de la brûlure. Une chance : la méduse est des plus douloureuses… mais pas bien dangereuse !

Que faire ?

Commençons déjà par révéler l’intox : même si c’est très rigolo, faire pipi sur votre ami(e) piqué(e) par une méduse ne servirait à rien. La première chose à faire est de sortir de l’eau (évitez le suraccident !). Puis, pour que la brûlure ne se poursuive pas, il faut enlever les filaments venimeux, à l’aide d’une carte de crédit (quoi, vous ne vous baignez pas avec votre CB?), d’une pince à épiler ou « à défaut », en étalant du sable sur la plaie pour les piéger et en les faisant tomber avec un bout de carton ou de plastique. Rincez ensuite à l’eau de mer puis – si possible – à l’eau chaude (là, vous serez bien content d’avoir oublié votre bouteille d’eau dans la voiture garée au soleil).

Les moustiques

Le contexte

Pas besoin de dire grand chose à son sujet : avec les embouteillages, le moustique est définitivement l’ennemi numéro 1 des vacanciers. Je n’échappe bien entendu pas à la règle : les moustiques démontrent d’ailleurs un talent fou pour me piquer là où leurs boutons dérangeront le plus. Le dernier en date ? Sur un de mes orteils, pile à l’endroit de la sangle de ma chaussure : idéal pour la journée de marche qui m’attendait !

Que faire ?

Vous aimez la citronnelle ? Car le moustique, lui, ne supporte pas cette odeur ! De nombreux produits en contenant sont vendus chaque année mais je vous recommande d’aller vers les plus naturels d’entre eux : pour faire tomber les moustiques comme des mouches, certains fabricants ne lésinent pas sur des additifs pas sympa sympa. Sinon, la plus imparable des protections reste d’être couvert à l’extérieur et d’adopter la moustiquaire à l’intérieur. Si le mal est déjà fait, quelques gouttes d’huile essentielle de lavande aspic devraient pouvoir vous soulager. Sinon, il paraîtrait qu’une rondelle d’oignon calmerait la démangeaison : mélangé à l’odeur de citronnelle, voilà qui devrait être du meilleur effet pour l’été.

L’épine d’oursin

les bobos de l'été - oursinLe contexte

Il fait beau, il fait chaud, et vous décidez d’aller explorer les fonds marins en vous adonnant à une pratique bien sympathique : la plongée avec tuba. Vous vous émerveillez devant la richesse de sa faune et souhaitez observer de plus près les oursins. Manque de chance, une vague arrive, et vous vous retrouvez avec une ou plusieurs épines du charmant animal plantées dans votre corps. La situation vous semble irréaliste ? Ça m’est pourtant arrivé et les accidents d’oursins sont plus fréquents qu’on ne le pense !

Que faire ?

Si le premier réflexe serait d’arracher l’épine, il faut savoir quelque chose : les épines d’oursin sont très friables et se brisent souvent en laissant de nombreux morceaux sous la peau. L’idéal est donc de vous rendre au centre médical le plus proche. Le médecin ou l’infirmier pourra vous ôter l’épine… ou choisira, comme dans mon cas, de faire une petite opération locale en la brisant à l’intérieur et en vous prescrivant un antibiotique pour éliminer les résidus. Ouch !

Les points de suture

Le contexte

L’été, c’est aussi l’occasion de pratiquer de nombreuses activités en plein air. Rando, balades, vélo, canyoning… autant de possibilités de repartir cabossé(e) ! Je vous rassure, je ne visite pas les hôpitaux à chacun de mes séjours, mais je dois reconnaître avoir à mon compteur quelques cicatrices « estivales ». Mes 4 points de suture au Laos pour mon genou m’ouvrant la pommette en pleine descente de tyrolienne demeurent encore aujourd’hui mon souvenir le plus original !

Que faire ?

Tentez d’arrêter le saignement s’il est important. Désinfectez dès que possible et… rendez vous dans un centre médical pour faire observer la plaie, et la faire recoudre si besoin. Armez vous de votre carte vitale et de votre assurance maladie si vous êtes à l’étranger, et puis aussi d’un peu de courage (au Laos, ils posent les points sans anesthésie locale : une expérience… mémorable !).

Les bonnes adresses de Sandie à Paris

 Sandie

#BonsPlans, #Sorties, #Paris, #Happy : Sandie, c’est une nana sociable et 100% « sociale ».  Très 2.0, elle teste tous les réseaux sociaux et est à la pointe du hashtag ! Mais elle n’en garde pas moins les pieds sur terre, la « Didie ». L’enthousiasme que lui connaît sa communauté, elle l’a également IRL : amoureuse de sa ville, Paris, elle la parcoure, la connaît et s’y est dénichée quelques QG. Place à ses 5 bonnes adresses !

Un restaurant ?

Le Bellerive

Parce que j’y ai des souvenirs, des sourires d’habitués. C’est simple et funky comme j’aime. En terrasse lorsqu’il fait beau, face à toi les bateaux du canal de l’Ourcq… Un goût d’ailleurs et le bonheur de se rendre à l’évidence que ça aussi, c’est Paris !

  • Adresse : 71 Quai de la Seine, 75019 Paris
  • Tous les jours 09:00-01:30
  • +33 1 40 36 56 77
  • Le Bellerive : Facebook

Un café ?

Librairie des Orgues

Choisir un livre, grignoter, boire une bière, un café… Dans ce lieu qui est loin d’être un zinc typique parisien… Mais il est comme un petit secret que l’on se souffle dans le creux de l’oreille dans le quartier.

  • Adresse : 4 impasse de Joinville / Entrée par le 108 Avenue de Flandre, 75019 Paris
  • Lun-Mar 08:00-19:00 / Mer-Dim 08:00-00:00
  • +33 1 40 37 16 80
  • Librairie des Orgues : Facebook

Une adresse « shopping » ?

Emmaüs Défi au 104

Je ne shoppe que très rarement depuis une dizaine d’années. Je recycle, troque ou soutiens les Créateurs de ma Communauté. Si je craque pour une pièce, elle est souvent de seconde main… Et j’aime bien la trouver ici 🙂

  • Adresse : 5 rue Curial, 75019 Paris
  • Mer 13:30-18:45 / Jeu-Ven 13:30-17:45 / Sam 11:30-18:45
  • +33 9 70 81 89 60
  • Emmaüs Défi : Facebook

Un lieu de culture ?

Le 104

Ici tu respires la mixité et l’inter générationnel, la joie d’être ensemble. Le coeur du 104 est offert à ceux qui veulent danser, jongler, répéter des textes… C’est magique !

  • Adresse : 5 rue Curial, 75019 Paris
  • Mar-Ven 12:00-19:00 / Sam-Dim 11:00-19:00
  • +33 1 53 35 50 00
  • Site 104

Ton adresse coup de coeur?

Le Palais de Tokyo

Cette adresse est toute particulière parce qu’elle me transporte dans de fabuleuses histoires artistiques, que j’en ressors souvent pleine d’émotions… C’est un endroit qui me fait régulièrement vibrer.

  • Adresse : 13 Avenue du Président Wilson, 75116 Paris
  • Tous les Jours sauf mardi : 12:00 – 00:00
  • +33 1 81 97 35 88
  • Le Palais de Tokyo : site / Facebook

Paris by feet : la carte de métro spéciale marcheurs !

Paris à pieds

Vous n’êtes pas trop Métro, Boulot, Dodo, mais seraient plutôt de ceux qui conjuguent dès qu’ils le peuvent ce credo avec rando Guillaume Martinetti vous a entendu et a créé une carte de métro… spéciale marcheurs ! Une info qui tombe à pic à quelques jours de l’annonce d’une hausse de prix de la carte Navigo…

Guillaume Martinetti, ingénieur passionné de transports s’est penché sur le quotidien des parisiens et a développé un plan de métro pour le moins original. Cette carte, qui ressemblerait à s’y tromper à une carte RATP, indique en effet le temps nécessaire à pieds, pour se rendre d’une station à l’autre. On apprend par exemple qu’un trajet à pieds entre Madeleine et Concorde prendra environ 7 minutes, tandis que la liaison entre Porte Maillot et Les Sablons devrait prendre 11 minutes. 

Rassurez-vous, Guillaume ne s’est pas amusé à parcourir plus de 300 stations pour créer ce plan : il s’est appuyé sur les données de Google Maps ! Les temps de trajets sont donc à nuancer avec la réalité « IRL » des passages de feux … et du rythme des Parisiens, dont la vitesse moyenne de marche est de 5km/h (VS une moyenne estimée par Google de 4,4 km/h).

Paris à pieds

Retrouvez également la carte « Walking Metro Map » sur le site Rando-Metro, de Guillaume Martinetti !

Visite insolite : les égouts de Paris

égouts de Paris

Vous rêvez de tout connaître des coulisses de Paris ? Bubbleglobe vous prend au mot et vous propose de découvrir  – littéralement – les dessous de la ville, avec une visite guidée … des égouts de Paris !

L’histoire

Repère des tortues Ninjas, décors idéaux de romans d’espionnages, les égouts font l’objet de nombreux fantasmes et nourrissent depuis toujours notre imagination. Mais savez-vous qu’il vous est possible d’en découvrir une partie? Sous le Pont de l’Alma, le Musée des Egouts de Paris accueille toute l’année de nombreux visiteurs, curieux d’en savoir plus sur le fonctionnement de cette « ville sous la ville ». Et ce tourisme souterrain ne date pas d’aujourd’hui : dès la fin du 19ème siècle, Parisiens et touristes partent à la découverte de ce lieu pas comme les autres. Si les visites se font dans un premier temps en trolley, le mode de transport change au début des années 20 : à la manière d’une Venise… odorante, les égouts se visitent en bateau jusqu’en 1975. Mais cette « croisière » prend fin pour des raisons d’hygiène et de sécurité et le parcours s’effectue désormais à pieds. La visite se compose à la fois de galeries sèches et de quelques tronçons du réseau actuel exploité.

La visite

Guide passionnée, Laura connaît par coeur la vie de ces égouts. Cette journaliste de formation s’est prise de passion pour ce lieu méconnu et pourtant véritablement ancré dans l’histoire et le quotidien de la ville de Paris. Elle anime sa visite de nombreuses anecdotes surprenantes : saviez-vous par exemple qu’une prime à la queue de rat existait encore récemment ? Ou bien qu’un crocodile avait élu domicile dans les égouts durant plusieurs mois ? Parmi ses souvenirs les plus marquants, elle raconte avoir servie de guide à Cécile Duflot, venue en famille découvrir les égouts, et évoque également le tournage récent du film « Le Passe Muraille » avec Denis Podalydès, les égouts servant en effet souvent de décors « IRL » à des fêtes, défilés ou films. Une heure de visite passionnante pour un musée des plus insolites, à découvrir entre amis ou en famille !

Infos Pratiques

Le Musée des Egouts, Pont de l’Alma, 75007 Paris, France
(M) Alma-Marceau (RER) Pont de l’Alma
Tous les jours sauf jeudi et vendredi de 11h à 16h
Visites BubbleGlobe avec Laura  : 10€ +  4,30€ de frais d’entrée au musée

Pour suivre l’actualité de BubbleGlobe :
Le site
La page facebook