Étiquette : Insolite

RED Dingue !

J'ai testé pour vous... le RED Love, premier festival des roux et rousses en France !

J’ai testé pour vous… Le mariage ! Mais à défaut d’âme soeur, j’ai dit oui à ma rousseur. Vous vous en doutez, la cérémonie n’avait rien d’officiel, j’ai enfilé une magnifique robe blanche à l’occasion du Festival Red Love, premier festival français à célébrer les roux et rousses. Sa seconde édition aura lieu le 24 août prochain. Je vous en dis plus ?

Où est Archie ?

Comme le nom de ce blog en témoigne, si je n’en parle pas beaucoup, mes cheveux sont un peu une sorte de signature. Il faut dire que nous ne sommes pas si nombreux à arborer des teintes rousses. Seuls 1 à 2% de la population mondiale et 5% de Français auraient les cheveux roux ou blond vénitien. Cette couleur de cheveux serait issue d’une variation du gène MC1R, également responsable de la couleur de notre peau et de nos poils. Le variant roux est récessif : il ne peut être transmis s’il se trouve face à un variant plus fort. Ainsi, la couleur rousse ne peut être transmise que si les deux parents sont porteurs du variant et le transmettent. Le caractère récessif explique également d’ailleurs que l’on puisse être roux sans que nos parents le soient. Ils peuvent être porteur du variant roux et d’un autre variant, ce qui explique les fréquents sauts de génération dans les couleurs de cheveux.

Rousseur de vivre

Souvent, la rousseur fascine ou intrigue. Cette différence peut aussi valoir à certains moqueries et discriminations. C’est à partir de ce constat malheureux que Pascal Sacleux, photographe rennais – lui-même roux s’est lancé dans un projet artistique. L’idée : prendre en photo les roux et rousses et mettre en lumière leur beauté. Un livre et quelques centaines de shootings plus tard, il veut aller plus loin et décide de lancer le premier rassemblement de roux en France, le RED LOVE !

Après m’être rendue en Hollande il y a quelques années, pour le RedHead Day, je ne pouvais bien entendu pas manquer un évènement consacré aux roux et rousses se passant, qui plus est, dans ma chère Bretagne !

Ginger Power, un des modèles de la ligne de t-shirts développée par Alexia, du blog Alerte Rousse
Ginger Power, un des modèles de la ligne de t-shirts
développée par Alexia, du blog Alerte Rousse

RED Dingue !

Mais tant qu’à m’y rendre, j’ai voulu embrasser ma rousseur dans toute son ampleur. Parmi les animations proposées lors de ce festival, Pascal recherchait en effet des jeunes femmes prêtes à enfiler une des superbes tenues de Thom de Corbie, créateur de robes de mariage … Et à défiler !

J’ai proposé ma candidature, bien contente de pouvoir faire un essayage sans engagement aucun et de pouvoir par la même occasion faire croire à mes amis que j’étais clandestinement passée devant l’autel sans les en avoir informés. Spoiler : ils ne m’ont pas crue.

Nous étions un peu plus d’une quinzaine à avoir répondu à l’appel du mariage. Maquillage, coiffure, initiation au « défilé », toute une équipe de professionnels s’est réunie autour de nos têtes rousses (déclinées dans toutes les nuances) pour faire de nous les reines de la journée.

Red love, premier festival des roux
Pour la Ginger Pride, de magnifiques Ginger Brides !

1500 personnes se sont rassemblées pour assister à cette 1ère édition qui s’est montrée, à juste titre, haute en couleur. En plus du défilé de mariées, les festivaliers ont pu assister à de nombreux concerts, manger des galettes saucisse (la terminologie trahit bien le fait que nous ne nous trouvions non pas dans mon Finistère natal mais en Ille-et-Vilaine), découvrir de nombreux stands de créateurs… Et faire un tour dans la cité historique de Châteaugiron.

Ca vous donne envie ? Ca tombe bien ! La seconde édition du RED Love aura lieu le 24 août prochain et est ouverte à 3000 participants. Rien à craindre si vous n’êtes pas roux, le festival est bien entendu ouvert à tous. Un super prétexte pour passer un moment festif et convivial à boire, manger et écouter les nombreux groupes programmés cette année !

Infos pratiques

RED LOVE, seconde édition
24 août 2019, de 11h à 23h
Ouvert à tous, roux et non-roux
Châteaugiron (35)
Billetterie

Un très grand remerciement à toute l’équipe organisatrice du festival pour cette chouette édition de l’an passé : Pascal, bien entendu, les bénévoles aux petits soins, l’association Les Elégantes courbes qui a coordonné tout le défilé, les maquilleuses et coiffeuses, et Thom de Corbie qui m’a fait prêté une de ses sublimes créations, en me faisant confiance, malgré ma capacité légendaire à me transformer en Pierre Richard !

Bonus : Si le sujet de la rousseur vous intéresse, le génialissime site et magazine québécois Urbania a consacré un hors série aux Roux. Et rien que pour la couv, il vaut le détour. Il est disponible en pdf ou en papier via leur shop en ligne.

10 expressions du monde pour illustrer… la gueule de bois !

On est le 31 décembre et la soirée s’annonce arrosée ? Rassurez-vous, vous ne serez certainement pas le seul demain à vous réveiller avec des maux de tête et la gorge sèche. La gueule de bois est là. Mais d’ailleurs comment en parle -t-on à l’étranger ? Découvrez 10 expressions du monde pour les lendemains de soirée!

Angleterre : « Liquid flu »

Les Anglais sont toujours très imaginatifs en matière d’expressions. Vous connaissez certainement tous « hangover » (littéralement quelque chose qui persiste du passé… les conséquences de votre soirée de la veille !), mais ce n’est pas la seule manière de parler « gueule de bois ». Après une soirée arrosée, vous pourrez désormais vous plaindre d’une satanée  « liquid flu » ou grippe liquide, également connue sous le nom de « Brown bottle flu »… Pour taquiner leurs voisins pas en reste sur la bouteille, certains Anglais appellent même cette curieuse maladie l’« Irish flu ».

Irlande : “I’m in Lego »

Les Irlandais ont une manière bien à eux de parler des lendemains de soirées arrosées : ils sont en Lego. L’image ne vous vient pas de suite ? Et bien repensez à votre chambre d’enfant quand vos constructions en Lego étaient surtout de vastes champs de bataille, avec des briques en plastique aux quatre coins de la pièce. Et bien, ça, c’est un peu votre sentiment le matin au réveil après avoir trop bu : vous êtes un sacré bordel, et il vous tarde que les choses soient remises en ordre.

Allemagne « Ich habe einen Kater »

Ou… avoir un chat (mâle). Non, non, les Allemands ne parlent pas de leur amour des félins quand ils utilisent cette expression. Et rien à voir non plus avec notre expression française de chat dans la gorge, même si l’alcool peut parfois faire perdre sa voix. L’expression tire en fait son origine de Katarrh (catarrhe), qui désigne le rhum.

Chili « Mala Caña »

Parler de rhum était la parfaite transition pour s’envoler vers le Chili et parler canne à sucre. Un lendemain de soirée, les Chiliens ayant un peu trop abusé des plaisirs liquides peuvent en effet se plaindre d’une mala caña, ou « mauvaise canne ».  

Mexique et Amérique centrale « estoy crudo »

Après avoir été bien « cuit », en Amérique centrale, on se réveille « cru ». Une autre expression locale pour désigner la gueule de bois est assez parlante : « tener goma », c’est avoir une telle gueule de bois qu’on se sent comme… un chewing-gum.

Italie : « Ho i postumi della sbornia »

Une expression à nouveau très imagée : les Italiens parlent en effet des « séquelles posthumes de l’ivresse ». Et oui, l’alcool met du temps à être éliminé… #RestInPiss

Japon «  二日酔いしてる »

Bon, je vous l’accorde, là, ça ne vous dit vraisemblablement rien là comme ça. Ces quelques caractères veulent dire « deux jours d’ivresse ». Les Japonais voient loin quand ils font la fête : il faut prévoir le week-end entier ! 

Espagne « Tener reseca »

Une expression qui va parler à ceux, qui comme moi, souffrent du mal de mer. Les Espagnols parlent en effet de « ressac » pour illustrer leur gueule de bois. Ça tangue, ça donne la nausée : on a beau être un vrai loup des mers familiers des comptoirs, la vague du lendemain quand elle revient, elle secoue bien !  

Québec « se relever d’une brosse »

Au Québec, quand on sort, on « vire une brosse ». Rien à voir avec le balai, ça vient en fait du vieux français « broce », qui désignait un sous-bois. On employait l’expression « partir en brosse » quand on partait à la chasse, à l’aventure… et par extension désormais quand on sort faire une sacrée fête. On comprend bien qu’il faille s’en relever le lendemain !

Bretagne : « être dans le lagenn»

Je ne pouvais pas faire ce top sans terminer par ma Bretagne chérie. En Breton, les expressions idiomatiques sont légion. Et quand on a trop bu, on risque de se retrouver dans le lagenn, « un bourbier », un peu dans le brouillard. Ca se passe souvent quand on est allé en « riboul », qu’on a bu comme un trou de taupe (evañ evel un toull goz)  et qu’on a vu des poissons dans le lait (équivalent local des éléphants roses). Une situation pas très agréable, mais ça fait les pieds quand à avoir trop bu on a été « complètement beurré ».

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Allez, cheers, tchin tchin, 干杯 (gān bēi) à tous, je vous souhaite un merveilleux réveillon !
Et n’oubliez pas, si on boit, on ne conduit pas… Et si on a trop bu, on revient ici demain pour découvrir toutes les techniques pour s’en remettre.

Meteopodo : choisir sa destination selon la météo

meteopodo - météo destination

« Et alors, tes vacances, il a fait quel temps? » Je ne vous apprends rien en vous disant qu’au-delà d’être la star du « small talk », la météo est un sujet sérieux et… crucial en matière de voyage ! Qu’à cela ne tienne, Opodo et Météo France s’associent pour lancer Meteopodo, la plateforme qui vous permet de choisir votre destination en fonction de sa météo.

Bon cette année, on ne pourra pas dire qu’on a manqué de soleil. Mais si la canicule et les températures au-dessus de la moyenne nous font oublier le rythme des saisons, je vous préviens tout de suite : WINTER IS COMING ! Et on sera bien content, quand il sera là, de nous souvenir qu’une plateforme a vu le jour pour nous permettre de choisir notre destination de voyage en fonction de son ensoleillement.

Capture d’écran 2018-08-23 à 22.20.21

Meteopodo ressemble à toute autre plateforme de voyagiste : on y entre notre ville de départ, nos dates… Mais le bouton de validation nous rappelle que l’on recherche avant tout le soleil ! S’affiche ensuite une carte avec les destinations recommandées. A sa gauche, différents filtres sont à moduler comme le niveau d’ensoleillement souhaité. Températures attendues, précipitations ou encore intensité du vent sont autant de critères pour espérer mettre toutes les cartes de son côté niveau météo. Une fois notre sélection affinée, il suffit de cliquer sur « voir les vols » pour poursuivre sa réservation.

Le site propose également pour les indécis des articles sur les « tops » destinations pour un mois, et des offres spéciales « last minutes »… avec des données météo certainement plus fiables dans ce cas.

Une initiative originale qui trouvera sans doute son public, mais qui reste malgré tout à prendre comme une tendance… Et si l’on jette un oeil aux conditions de vente du site, il est bien stipulé que les sociétés ne s’engagent pas à garantir les conditions météo annoncées : c’eut été pour le moins audacieux ! 😉

Petit bonus ! Si la question du lien entre tourisme et météo vous intéresse, n’hésitez pas à lire cette étude de Susanne Becken. La chercheuse, spécialiste du tourisme, analyse très bien le phénomène.

L’agenda de la semaine

agenda du 20 au 26 août

Paris en août, c’est un peu le monde à l’envers alors cette semaine l’agenda s’aligne. Le cinéma se fait dehors, les expos aussi, mais on mange au Louxor, on repart avec un fauteuil au Grand Rex et on se lance dans l’escalade au Pavillon de l’Architecture !

Lundi 20 août

Sweat Art

Ah, Paris au mois d’août… Vidée de ses habitants, elle raisonne en vase clos et se remplit de touristes. Vous vous étiez juré de rattraper votre retard en expos mais craignez de vous retrouver à Pompidou comme sur la ligne 13, engoncé et en sueur devant chaque tableau ? Tant qu’à transpirer, pensez « sweat art » ! Le principe est simple : pas de ticket d’entrée ni de coupe file nécessaires : enfilez vos baskets et courez sur le canal de l’Ourcq direction Bobigny pour un parcours Street Art. Les quais, rénovés et réaménagés, accueillent sur leurs murs de grandes fresques colorés, des photos et des collages. Certaines oeuvres sont à couper le souffle… et les admirer vous permettra de le reprendre !

Mardi 21 août

Doray’exquis

Ceux qui, parmi vous, a vu les Délices de Tokyo se souviennent certainement avec gourmandise des Dorayakis que préparent Sentaro et Tokue. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit de pâtisseries japonaises qui ressembleraient à deux pancakes fourrés au haricot rouge. Et pour vous tous, connaisseurs ou pas, je n’ai qu’une chose à dire : ce mardi, filez au Louxor car le chef  Romain Gaia de la pâtisserie TOMO s’y trouvera pour en proposer. Miam Miam Miam.

Mercredi 22 août

Savoir se placer

Etes-vous prêt pour un jeu des chaises musicales géant ? J’exagère mais pas tant… Le Grand Rex, qui rénove sa salle 5, met en vente ses anciens fauteuils, au style et au confort indéniables,  pour la modique somme de 10€. Et si cela se passe comme pour les deux dernières fois, il va falloir vous montrer rapide : le prix est unique et la règle l’est tout autant, le premier arrivé est le premier servi.

  • Vente de fauteuils
  • Le Grand Rex, 1 boulevard Poissonnière, 75002 Paris
  • Mercredi 22 août de 09h00 à 19h00
  • Prix unique : 10€ / pas de réservation possible

Jeudi 23 août

Aller plus haut, aller plus haut ohohoh

On dit souvent que les musées élèvent l’esprit… Et bien, le Pavillon de l’Arsenal l’a, comment dire, appliqué au sens littéral. Le centre d’urbanisme et d’architecture de Paris accueille en effet en ce moment un mur d’escalade de 13 mètres pour prendre un peu de hauteur sur ses collections. Il y avait plus simple pour accéder au deuxième étage, mais que voulez-vous, l’escalier en architecture, ça a déjà été un peu trop vu.

  • Pavillon vertical, mur d’escalade de 13 mètres
  • Pavillon de l’Arsenal, 21 Boulevard Morland, 75004 Paris
  • Jusqu’au 2 septembre 2018
  • Du mardi au vendredi de 17h à 19h, les samedis et dimanches de 14h à 18h
  • Gratuit et sans réservation, escalade encadrée par un moniteur agréé de la FFME, matériel fourni mais chaussures fermées obligatoires

Vendredi 24 août

(Sous les é)-Toile

Oubliez les salles obscures et préférez leur le noir des nuits parisiennes : ce vendredi s’achève en effet le festival La Chaise et l’Ecran organisé par la Mairie du 11ème, qui propose chaque été des séances de cinéma en plein air. Au programme de ce vendredi, quatre courts métrages, suivis de la projection de La Reine Margot. Et une seule consigne pour profiter du film : apporter sa bonne humeur et… son siège !

Samedi 25 août

Au soleil

Vous vous aspergez d’autobronzant et de monoï pour vous persuader que c’est encore un peu les vacances ? J’ai mieux ! Rendez-vous au DJ Set « Héliotropisme » à la Halle Papin avec le fantastique collectif Curuba, dont la musique est plus ensoleillée qu’un bon rhum arrangé.  Si toutefois les fleurs de Tiaré vous manquent vraiment beaucoup, il est encore temps de rejoindre un stage de danse tahitienne que propose Mahinui Danse ce samedi : tous les niveaux sont les bienvenus !

 

Dimanche 26 août

Ghostbuster

Oui, avec ce titre, je sais, je vous ai mis le fameux thème de ghostbuster en tête. Pourtant, c’est une toute autre mélodie qui vous attend ce dimanche : s’il y a bien une histoire de fantôme, il s’agit cette fois d’un des plus illustres, celui de l’opéra ! Le Palais Garnier accueille en effet un Escape Game des plus originaux, où vous devez résoudre une enquête… au coeur de l’Opéra. Ne manquez pas cette opportunité : c’est ce dimanche que s’achève cette expérience « inside opéra ».

L’agenda de la semaine

 agenda_mai2018

Assister à une conférence scientifique en buvant de la bière, faire du yoga sur du black metal, visiter les musées de nuit et des expos hors les murs… sur des murs. Cette semaine, le contraste est de mise et le plaisir aussi !

Lundi 14 mai

Soif d’apprendre

Qu’est-ce les bébés entendent réellement ? Les plantes sont-elles intelligentes ? Que ferait MacGyver pour résoudre un problème mathématique ? Du 14 au 16 mai, de brillants scientifiques se penchent sur toutes ces questions et vous invitent à les rejoindre à l’occasion de Pint of Science. Vous culpabilisez à l’idée de boire dès le lundi ? Ne vous mettez pas la pression, et buvez la sans crainte : c’est pour la science !

Mardi 15 mai

Du côté obscur de la force

Entre Yoda et Yoga, il n’y a qu’une lettre et ça ne peut être le fruit du hasard. Pourtant, ce mardi, c’est du côté obscur que vous pratiquerez vos postures : rendez-vous à Place des Cordes pour une soirée Dark Yoga. Le principe ? Un cours de Yoga Hatha, à la lumière des bougies et sur une playlist black metal. (Dark) j’adore !

  • Dark Yoga
  • Place des cordes, 30 rue du Docteur Potain, 75019 Paris
  • De 18h45 à 19h55,
  • 15€, à régler avant le cours. Ouvert à tou(te)s, débutant(e)s bienvenues !

Mercredi 16 mai

Perlin-PainPain

Ce mercredi, Paris is magique ! Non, non, je ne parle pas du PSG mais d’un autre symbole fort de la capitale française : la baguette. A l’occasion de la St Honoré, patron des boulangers, c’est la fête du pain : au programme, des dégustations et de nombreuses animations partout en France.

Jeudi 17 mai

Bescher’HELP !

Près d’un tiers des systèmes linguistiques du monde seraient en voie de disparition. Et même s’ils ont les épaules larges, tout n’est pas de la faute de Nabilla et de ses anges. Vous vous rêvez en chevalier blanc de l’alphabet ? Venez rencontrer Tim Brookes, auteur de l’ouvrage « Endangered Alphabets« , qui revient pour une soirée sur ce constat inquiétant mais propose également des solutions pour inverser la tendance. Ecoutez bien ses conseils : ils sont à prendre au pied de la lettre.

  • Endangered Alphabets, par Tim Brookes
  • Mundolingua, 10 rue Servandoni, 75006 Paris
  • Jeudi 17 mai à partir de 19h
  • 5€ ; le nombre de places étant limité, il est fortement conseillé de réserver ( 01 56 81 65 79 ou contact@mundolingua.org)

Vendredi 18 mai

L’AfterWork Trot cool ! 

Vendredi, prenez la ligne 1 direction Vincennes : cocktails, jockeys et chevaux vous attendent en effet pour une soirée des plus atypiques. Jusqu’à fin juin, rdv chaque vendredi au Vincennes Hippodrome de Paris pour des afterworks festifs avec une boisson offerte, une visite guidée des écuries et bien sûr des courses ! Après une découverte le 18, peut-être reviendrez-vous le 25 mai pour une soirée spéciale avec DJ, en partenariat avec Fun Radio. Bon son et canassons : on parie que vous allez aimer !

Samedi 19 mai

Samedi c’est cul-ture

Les vaisseliers anglais n’en finissent pas de se réjouir : samedi, Harry, le « most-wanted » Bachelor de la couronne anglaise va passer la bague au doigt de Meghan Markle. Et comme l’amour n’a pas de frontière, à défaut de vous offrir des mugs et assiettes collectors, Meetic vous propose de suivre l’évènement lors d’un tea-time 100% british. En plus du thé et des scones, la marque proposera (of course) quelques conseils dating. Mais l’amour de l’autre ne doit pas vous faire oublier l’amour de l’art : avec ou sans +1, votre programme du samedi soir est tout trouvé ! Car samedi, c’est aussi la nuit des musées, et plus de 1000 d’entre eux resteront ouverts toute la nuit pour vous accueillir. Oh Lord, that’s quite a program !

  • Meetic Royal Wedding : de 11h30 à 15h30 à la librairie anglaise WH Smith, 248 rue de Rivoli, 75001 Paris
  • Nuit des Musées, liste des musées participants et programmation à retrouver sur le site.

Dimanche 20 mai

Faire le mur

Ce week-end le beau temps sera de retour et il serait dommage de vous enfermer pour voir une expo. D’autant plus qu’après la nuit des musées, l’art fait du hors les murs et investit les façades du 19ème arrondissement avec le Festiwall. Le festival urbain référence en matière de street-art revient avec de nombreux ateliers, des murs participatifs et bien sûr une ambiance festive avec musique, foodtrucks et animations.

  • Festiwall
  • Les samedi 19 et dimanche 20 mai 2018
  • Entre le Canal de l’Ourcq et le Canal Saint-Denis
  • Entrée libre

Sound Travels : explorez les sons de l’Amérique

sound-travels

Sea, sex and … sounds ! Vous n’avez plus de jours à solder et rêviez pourtant de vous envoler ? Voyagez avec vos oreilles avec Expedia, qui propose avec Sound Travels une exploration audio des Etats-Unis. Mettez votre casque, fermez les yeux et envolez-vous pour un voyage sonore.

Las Vegas, Miami, Austin, Orange County : ne craignez pas les kilomètres, cette fois, ce sont vos oreilles qui partent en voyage. Expedia lance Sound Travels, une expérience audio immersive qui met en valeur la diversité des ambiances et activités des Etats-Unis ! 

sound-travels-USA-2

Sortie à la fête foraine, concert, virée en mer, verre en ville, visite de musée : on s’y croirait ! L’enregistrement 3D des ambiances sonores plonge l’auditeur au coeur de l’instant. Une animation écran donne des indices visuels du lieu et de l’activité. Images, textes et vidéos accompagnent chaque extrait sonore pour prolonger l’expérience et informer sur la destination.

sound-travels-3

Un parcours sonore inspiré du film America’s Musical Journey, dont le narrateur n’est autre que le merveilleux Morgan Freeman, qui explore l’histoire des Etats-Unis à travers la musique.

Sortez vos écouteurs : embarquement immédiat !

J’ai testé pour vous… le tourisme sportif

tourisme sportif

… ou devrais-je dire le running touristique ? Qu’importe son nom, le principe est très simple : découvrir un lieu, baskets aux pieds. En ville, nature ou insolite, découvrez trois courses testées et validées pour vous initier au tourisme sportif !

Urbain à Berlin

Semi-marathon de Berlin 2017 - StrawberryBlonde

Pour la troisième année consécutive, je vais prendre ce dimanche le départ du semi-marathon de Berlin. Réputée pour son parcours « roulant » (la ville de Berlin est étendue mais… a un très faible dénivelé !), la course passe en plein coeur de la capitale allemande. Au départ d’Alexander Platz, ou Alex de son petit nom, les coureurs parcourent un trajet qui longe les principaux monuments et sites historiques de la ville : Berliner Dom, Porte de Brandebourg, Tiergarten, Eglise du souvenir, Posdamer Platz… Ceux qui ne sont pas venus là pour le chrono prendront même le temps de faire un selfie avec les faux soldats du Check Point Charlie. Mélange des genres assuré : avec 18 km au compteur quand ils arrivent à cet endroit, leurs visages rougis et transpirants ne manqueront pas de contraster avec les casquettes militaires et mines sérieuses des garde-frontières.

Mon test ? 

  • Effort sportif : un semi-marathon demande un minimum d’endurance et de préparation. Mais la distance reste abordable et le parcours, très agréable, tout comme  les encouragements enthousiastes des spectateurs devraient achever de vous convaincre.
  • Organisation : la course est très bien organisée et nul besoin de parler allemand pour retirer son dossard ou rejoindre son sas : il n’y a qu’à se laisser porter. Pour ceux qui souhaiteraient être tout de même libéré de toute préoccupation logistique, un grand nombre d’agences de voyage spécialisées dans le sport proposent des packs all inclusive, dossards, hôtel et accompagnateur compris. Parmi elles, VO2 Max, que j’ai eu le plaisir de découvrir pour mon baptême berlinois.
  • Intérêt touristique : Attention, j’avertis, cet avis est dénué de toute objectivité tant j’adore Berlin ! Pour moi le parcours est un sans faute pour avoir un « sneak peak » de la ville. Avant même le départ de la course, les amoureux de voyage apprécieront le fait que le « village » sportif soit installé dans les anciens bâtiments de l’aéroport Tempelhof, dont l’activité a cessé en 2008 et qui est depuis devenu un parc très apprécié des Berlinois.  Et ils ne manqueront pas de noter qu’à l’arrivée, bière et curry wurst sont également au rendez-vous. Une vraie expérience typisch deutsch !

Infos et réservation :
Semi-marathon de Berlin, chaque année en avril
– VO2 Max, agence spécialisée en séjours sportifs

Dépaysant à Siem Reap

Angkor Trail - StrawberryBlonde

Vous souhaitez voyager hors des sentiers battus ? Prenez un des plus hauts lieux touristiques au monde, Siem Reap, berceau des temples khmers qui abrite notamment le célèbre Angkor Wat, et quittez les foules de visiteurs… pour une expérience d’une toute autre teneur ! Avec le Angkor Trail, parcourez entre 16 et 128 km en plein coeur du Cambodge et découvrez sur votre chemin buffles, maisons traditionnelles et temples historiques. Derrière ce projet un peu fou se cache Jean-Claude Le Cornec, fondateur et organisateur des Foulées de la Soie en Birmanie, et passionné de course à pied et de voyages. Un trail hors du commun dans un lieu qui ne l’est pas moins.

Mon test ? 

  • Effort sportif : A la différence des courses sur route, dont j’ai plus l’habitude, le trail est une course en pleine nature, sur un terrain où bosses, racines, et parfois même cours d’eau sont légion. Selon la distance retenue, l’équipement est également plus ou moins technique. Bon, j’avais pour ma part bien prévu le camelback (ou sac à dos avec une poche d’eau intégrée) mais en bon « Pierre Richard » que je suis, j’ai réussi à m’en déverser la moitié dessus dès la ligne de départ. Heureusement, les points de ravitaillement étaient réguliers, et le cadre merveilleux fait oublier la distance parcourue.
  • Organisation : L’équipe organisatrice est une bande de passionnés et d’amis : l’accueil est très chaleureux, et l’organisation est très pro, avec même une équipe de masseurs et de kiné à l’arrivée, un vrai bonheur.
  • Intérêt touristique : Organisé en janvier, une période idéale pour voyager au Cambodge, l’Angkor Trail est une superbe occasion de découvrir Siem Reap et ses temples loin des foules de touristes. Prolongez votre séjour de quelques jours pour profiter d’un tour plus complet des différents sites et séjournez un peu en ville, ou malgré quelques artères très touristiques, il vous sera possible de goûter aux traditions khmères. Artisanat local et solidaire, marché d’antiquités, massages, cours de cuisine, les activités ne manquent pas dans la région.

Infos et réservation :
Ultratrail d’Angkor – 4ème édition les 19 et 20 janvier 2019
– 6 formats différents:  128km, 64km, 42 km, 32km, 16km et 16km Marche nordique.

Insolite à Paris

Avant de vous lancer à l’attaque de courses à l’étranger, vous préférez une excursion locale ? Les courses touristiques en France sont nombreuses ! Marathon vert de Rennes, course des vins du Médoc… ou Run My City à Paris ! Cette course atypique, organisée en partenariat avec l’équipementier Salomon, vous propose de passer non pas à côté mais dans des lieux iconiques de la capitale. Découvrez l’opéra en courant, escaladez les toits de lycées parisiens, passez au travers de bâtiments historiques et décrochez votre médaille du touriste sportif. Prochaine édition en mai !

Mon test ? 

  • Effort sportif : Avec un parcours de 9 km et un de 15, la course est accessible à tous ! Il ne faut toutefois pas craindre les escaliers…
  • Organisation : le cadre insolite de la course fait que le nombre de coureurs est limité et que les départs se font en décalé, ce qui permet de ne pas être trop nombreux. En ce qui concerne l’organisation, du retrait du dossard à l’arrivée avec un généreux ravitaillement, tout est très bien pensé.
  • Intérêt touristique : une manière plus qu’insolite de découvrir des lieux devant lesquels on passe bien souvent sans les connaitre réellement.

Infos et réservation :
Run My City played by Salomon, 20 mai 2018 à Paris
– « Apérun » : pour vous préparer au mieux à la course, Salomon organise des entraînements gratuits, en présence d’un coach : inscrivez-vous vite !

Concours Air France : Parlez-vous French Food ?

Concours Air France : parlez-vous french food ?

A l’occasion du festival « Goût de / Good France », Air France lance « Parlez-vous French Food? », une série de vidéos et un concours avec à la clef deux billets long-courrier.

Le goût des mots

Gastronomie et langue française ont toujours fait bon ménage : la lecture des cartes de restaurants invite souvent à voyager ! Mais les noms des recettes ne sont pas toujours à prendre au pied de la lettre. Aller au restaurant avec un ami non francophone peut d’ailleurs vite devenir très amusant : croque-monsieur, pot au feu, soufflé au chocolat, trou normand, pain perdu, les traductions littérales offrent au menu une toute nouvelle dimension.

Concours Air France : Parlez-vous French Food ?

Parlez-vous French Food ?

Air France l’a bien compris et lance à l’occasion du Festival « Goût de / Good France » – qui célèbre la gastronomie française à travers le monde – « Parlez-vous French Food? ». Avec une série de quatre vidéos, la compagnie se joue des faux amis : « Les petits fours » : des mini accessoires de cuisine ? Faux ! « La robe du vin », une pièce haute-couture ? Toujours pas ça.

Ces jeux de mots vous amusent et la cuisine vous inspire ? Saisissez l’occasion au vol ! Air France organise également un jeu concours et offrira au plus inspiré d’entre nous deux vols pour la destination de son choix.

Le principe du jeu est simple : revisiter une recette typiquement française, avec humour et originalité et partager le résultat en photo sur instagram avec le hashtag #Parlezvousfrenchfood.

Je sais pas vous mais l’idée de m’envoler pour le bout du monde me met déjà l’eau à la bouche… On joue ?

Jeu concours jusqu’au 3 avril inclus, infos et règlement sous ce lien.

5 remèdes pour lendemain de fête, inspirés du monde entier

remèdes gueule de bois

Après avoir revisité les coutumes du monde entier pour le nouvel an… voici un article qui peut s’avérer utile pour le lendemain ! La soirée a été un peu trop arrosée et votre corps vous le fait payer ? Découvrez 5 astuces du monde entier pour vous remettre sur pied !

L’oeuf ou la poule ?

Philippines, Afrique du Sud, Etats-Unis

Rassurez-vous, je ne vous demande pas de résoudre cette énigme séculaire, je ne voudrais pas risquer de renforcer vos maux de tête ! Ici, plus que la poule, ce sont les oeufs qui nous intéressent. Riches en cystéine, ils aident à réduire les effets de l’acétaldéhyde, composé qui serait à l’origine de la gueule de bois. Parmi les fêtards du monde entier qui adoptent la méthode « oeufs », on dénombre les Philippins, qui consomment des oeufs de canard fécondés. Les Sud-Africains, eux, optent pour la formule « maxi-faim » avec une omelette d’oeufs d’Autruche. Enfin, les Américains, qui dégustent des « prairie oysters« , cocktails à base de ketchup, de vinaigre, de tabasco et d’un jaune d’oeuf !

Aux grands maux, les Gras remèdes !

Royaume-Uni, Québec, Croatie

Je ne vous apprends rien : il est commun d’entendre que le gras éponge l’alcool. Si la technique n’est pas éprouvée, elle est du moins recommandée par nombre de nos voisins ! Outre-Manche, nos amis les Anglais se servent en lendemain de fêtes un traditionnel « English Breakfast »… intégralement fritLes Québécois, quant à eux, mangent une poutine, spécialité locale à base de frites, de cheddar et de sauce. En Croatie, c’est le börek qui l’emporte : cette pâte feuilletée frite fourrée avec du fromage, des épinards ou de la viande hachée se trouve dans une grande partie des balkans et se mange sans faim, gueule de bois ou pas ! 

Retour à l’eau

Allemagne, Norvège, Pérou

Les Allemands et les Norvégiens adoptent une stratégie originale pour aborder leur retour à l’eau : manger du poisson ! En Allemagne, le katerfrühstuck (ou petit déjeuner de gueule de bois) se compose souvent de morceaux de harengs marinés, accompagnés de cornichons et d’oignons. En Norvège, le lutefisk est un plat de poisson blanc séché puis macéré dans de la potasse. L’odeur dégage les narines – ce qui peut être un vrai challenge si vous vous sentez nauséeux – mais il paraît que c’est délicieux ! Les Péruviens mangent, eux, un bon ceviche au leche de tigre : plus que le poisson, ce sont surtout les effets du citron vert, du gingembre et des épices et piments qui sont recherchés : l’acide citrique et le fructose qu’ils contiennent nettoient le foie et boostent le système.

Soigner le mal par le mal

Namibie, Danemark

Je ne voudrais pas vous pousser à la consommation mais… certains recommandent de poursuivre sur une note alcoolisée. En Namibie, il est d’usage de boire un « lait de buffle » au lendemain d’une soirée arrosée : crème fraîche, crème entière et… deux types de rhums ! Les Danois, quant à eux, se tournent vers une boisson bien nommée : la reparationsbajer ou… bière de réparation. C’est vrai qu’il faut s’hydrater…

« Mangez – buvez »

Bangladesh, Pologne, Japon, Mongolie

Enfin, une mesure façon « 5 fruits et légumes par jour » que validerait le Ministère de la santé ! La noix de coco aurait un effet positif sur les électrolytes et le niveau de potassium. Le lendemain d’une soirée, les Indonésiens déjeunent ainsi d’un kaya toast, pain brioché servi avec de la confiture de noix de coco (kaya), du sucre, du lait de coco et des œufs, et les Bangladais se servent, quant à eux, de larges verres d’eau de coco.

En Pologne, c’est une boisson un peu moins exotique (et appétissante) qui est recommandée : le jus de cornichon ! Les Japonais, eux, mangent des umeboshis, prunes amères marinées, qui auraient pour vertus de stimuler le foie et de réduire les nausées. Pour finir, place au cocktail plus qu’insolite que se servent les Mongols quand ils ont trop fait la fête : un jus de tomate… avec des yeux de moutons. Peut-être est-ce leur manière de se résoudre à la résolution du « plus jamais ça! ».

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Allez, après tout, comme on dit « être saoul, c’est pour une nuit » : bon courage pour vous remettre de la soirée et « cheers » pour cette nouvelle année 😉

HAPPY 2018 !

Postcard from #1 – CALIFORNIA

Postcard

Comme je vous l’expliquais juste ici, je suis en ce moment même en Californie, et toutes les découvertes que j’y fais m’ont donné envie de tester un nouveau type d’article : les cartes postales (ou postcards). L’idée ? Un format bref (si tant est que j’en sois capable), des réactions « à chaud » et le charme de l’épistolaire. Ready ? Dear friend, I send you a postcard from …. CALIFORNIA !

 

Le point Météo

Je t’écris de Californie où il fait beau et chaud. Enfin, je m’emballe peut-être un peu : si la Californie mérite son nom de Golden Coast (et pas que pour son passé de chercheurs d’or), il ne faut pas oublier sa petite laine. Le climat de San Francisco est surprenant : on peut en un instant passer du chaud au froid en raison du vent qu’il y souffle. Et la température chute aussi avec l’altitude dès qu’on se lance dans une randonnée dans les parcs nationaux.  Mais rassure toi maman, je suis bien couverte !

postcard

 

Food Porn

La Californie ne faillit pas à sa réputation healthy ! Pour ne pas faillir à la mienne, je mange burger veggies et quinoa bowls et me fais plaisir avec des fruits et légumes locaux  (NB : les raisins secs SunMaid sont tout bonnement délicieux!). Les supermarchés favorisant les circuits courts et les restaurants « locavores » sont également légions. Dans le marché de l’embarcadère de San Francisco, on trouve ainsi un grand nombre de produits de fermes californiennes mais aussi… de produits de la mer, qui se trouve à deux pas.  Les bars à huitres et sandwichs au crabe sont ainsi des incontournables d’un séjour dans la « bay ». Et les burgers (à la viande cette fois) sont indéniablement à tester. En un mot : Miam !

postcard

Going Wild

Les grands espaces californien font la part belle à la nature. De nombreuses espèces apprécient eux aussi le doux climat et les paysages fantastiques de l’état : on y trouve de nombreux écureuils, biches, rapaces mais également des… ours ! Au détour d’une balade dans le parc des Séquoia géants, je suis d’ailleurs tombé sur un d’entre eux. Heureusement pour moi, qui aie une fâcheuse tendance à cumuler les mésaventures animalières (ou les mésaventures tout court), il était bien trop occupé par le morceau de bois avec lequel il jouait pour m’accorder son attention. Bearidique !

postcard

Random Facts 

Bref, pour l’instant, tout se passe bien, mais je note tout de même pour les prochaines fois :

  • de m’entraîner aux squats avant de partir : je ne compte plus le nombre de marches que j’ai gravies depuis mon arrivée en Californie ! Les collines de San Francisco (et notamment celle de North Beach et Russian Hill) et les trails de Yosemite et du Séquoia Park ont mis mes cuisses à rude épreuve !
  • de prévoir mon MP3 pour les road trip dans les montagnes : avec le relief, les deux seules radios à capter sont… la radio « bilingual » hispanophone qui propose de la musique folklorique fortement dosée en accordéon et la radio chrétienne Air1 où le nom de Jésus accompagne chaque riff (comme quoi, la foi gravit vraiment les montagnes !). C’est sympa – un peu – mais un peu long quand ça dure sur des centaines de miles !
  • de vérifier le calendrier des activités régionales : mon grand regret du moment est de ne pas me trouver à Fresno le 21 octobre prochain, pour la Taco Fair ! En plus de célébrer ce délice mexicain… il y aura des courses et défilés de chihuahuas !!!!! #Frustration

J’espère que tout va bien pour toi et te dis à bientôt !

P.S : Ah oui, je ne t’ai pas dit, mais malgré mon souhait initial de louer une petite voiture citadine, le loueur a considéré que je méritais de me retrouve au volant d’une Chevrolet (ou « Ché-Vi » pour les locaux). Je te raconterai prochainement toutes les subtilités de la conduite aux Etats-Unis mais, ma foi, on s’y fait ! #UneChéVipourKlerVi

postcard