Étiquette : Insolite

Postcard from #1 – CALIFORNIA

Postcard

Comme je vous l’expliquais juste ici, je suis en ce moment même en Californie, et toutes les découvertes que j’y fais m’ont donné envie de tester un nouveau type d’article : les cartes postales (ou postcards). L’idée ? Un format bref (si tant est que j’en sois capable), des réactions « à chaud » et le charme de l’épistolaire. Ready ? Dear friend, I send you a postcard from …. CALIFORNIA !

 

Le point Météo

Je t’écris de Californie où il fait beau et chaud. Enfin, je m’emballe peut-être un peu : si la Californie mérite son nom de Golden Coast (et pas que pour son passé de chercheurs d’or), il ne faut pas oublier sa petite laine. Le climat de San Francisco est surprenant : on peut en un instant passer du chaud au froid en raison du vent qu’il y souffle. Et la température chute aussi avec l’altitude dès qu’on se lance dans une randonnée dans les parcs nationaux.  Mais rassure toi maman, je suis bien couverte !

postcard

 

Food Porn

La Californie ne faillit pas à sa réputation healthy ! Pour ne pas faillir à la mienne, je mange burger veggies et quinoa bowls et me fais plaisir avec des fruits et légumes locaux  (NB : les raisins secs SunMaid sont tout bonnement délicieux!). Les supermarchés favorisant les circuits courts et les restaurants « locavores » sont également légions. Dans le marché de l’embarcadère de San Francisco, on trouve ainsi un grand nombre de produits de fermes californiennes mais aussi… de produits de la mer, qui se trouve à deux pas.  Les bars à huitres et sandwichs au crabe sont ainsi des incontournables d’un séjour dans la « bay ». Et les burgers (à la viande cette fois) sont indéniablement à tester. En un mot : Miam !

postcard

Going Wild

Les grands espaces californien font la part belle à la nature. De nombreuses espèces apprécient eux aussi le doux climat et les paysages fantastiques de l’état : on y trouve de nombreux écureuils, biches, rapaces mais également des… ours ! Au détour d’une balade dans le parc des Séquoia géants, je suis d’ailleurs tombé sur un d’entre eux. Heureusement pour moi, qui aie une fâcheuse tendance à cumuler les mésaventures animalières (ou les mésaventures tout court), il était bien trop occupé par le morceau de bois avec lequel il jouait pour m’accorder son attention. Bearidique !

postcard

Random Facts 

Bref, pour l’instant, tout se passe bien, mais je note tout de même pour les prochaines fois :

  • de m’entraîner aux squats avant de partir : je ne compte plus le nombre de marches que j’ai gravies depuis mon arrivée en Californie ! Les collines de San Francisco (et notamment celle de North Beach et Russian Hill) et les trails de Yosemite et du Séquoia Park ont mis mes cuisses à rude épreuve !
  • de prévoir mon MP3 pour les road trip dans les montagnes : avec le relief, les deux seules radios à capter sont… la radio « bilingual » hispanophone qui propose de la musique folklorique fortement dosée en accordéon et la radio chrétienne Air1 où le nom de Jésus accompagne chaque riff (comme quoi, la foi gravit vraiment les montagnes !). C’est sympa – un peu – mais un peu long quand ça dure sur des centaines de miles !
  • de vérifier le calendrier des activités régionales : mon grand regret du moment est de ne pas me trouver à Fresno le 21 octobre prochain, pour la Taco Fair ! En plus de célébrer ce délice mexicain… il y aura des courses et défilés de chihuahuas !!!!! #Frustration

J’espère que tout va bien pour toi et te dis à bientôt !

P.S : Ah oui, je ne t’ai pas dit, mais malgré mon souhait initial de louer une petite voiture citadine, le loueur a considéré que je méritais de me retrouve au volant d’une Chevrolet (ou « Ché-Vi » pour les locaux). Je te raconterai prochainement toutes les subtilités de la conduite aux Etats-Unis mais, ma foi, on s’y fait ! #UneChéVipourKlerVi

postcard

 

10 faits insolites sur la Thaïlande

Thaïlande

Destination touristique de premier ordre, la Thaïlande est célèbre pour sa culture, ses paysages, ses plages, sa gastronomie sans oublier ses massages ! Mais saviez-vous par exemple que l’Elephant Polo est un sport national, ou que c’est aux Thaïlandais que l’on doit le Red Bull ? Découvrez 10 faits insolites sur le pays du sourire !

1 – Retour vers le futur

En Thaïlande, deux calendriers coexistent : le grégorien, depuis 1940, et le calendrier bouddhique. Ce dernier a pour date référente l’année du parinivarna (« extinction complète ») de Bouddha, et débute 543 ans avant notre ère. On se trouve donc aujourd’hui en Thaïlande à la fois en 2017 et en… 2560 ! Magique !

2 – Esprit de synthèse

Le nom de Bangkok n’est jamais utilisé par les Thaï, qui désignent la capitale par le nom de Krung Thep, ou Krung Thep Mahanakon, un mélange de pali et de sanscrit. Mais ce nom est incomplet, la ville portant en effet le plus long nom du monde… et certainement pas le plus simple ! Prenez votre souffle, vous êtes prêts ?

Krungthepmahanakhon Amonrattanakosin Mahintharayutthaya Mahadilokphop Noppharatratchathaniburirom Udomratchaniwetmahasathan Amonphimanawatansathit Sakkathattiyawitsanukamprasit. 

Ou « Ville des anges, grande capitale immortelle où demeure le Bouddha d’Emeraude, ville invincible dédiée au dieu Indra, grande capitale du monde ornée de neuf pierres précieuses, remplie de joie, dotée de vastes palais royaux célestes où résident les anges réincarnés, bâtie sous les ordres d’Indra et réalisée par la magie de Vishvakarma. Paris, ville lumière, peut aller se rhabiller.

3 – C’est (pas toujours) le pied

Le pied fait l’objet de nombreuses croyances dans la culture thaï. Ainsi, sur les 32 caractéristiques physiques attribuées à un Bouddha telles que définies par Phra Suttantapidok, sept concernent les pieds ! A l’exception de ceux de Bouddha, les pieds renvoient pour les Thaï à la partie en contact avec le sol et les saletés, et donc aussi bien littéralement qu’au figuré, à la partie basse du corps. Il est très mal perçu de les pointer vers quelqu’un ou de toucher quelqu’un avec. Une loi interdit même de marcher sur un billet : le roi figurant sur la monnaie nationale, piétiner un billet tomber au sol serait un crime de lèse-majesté !

4 – Oh, qu’il est affreux !

Quand on rencontre pour la première fois un nouveau né, il est plutôt d’usage d’accompagner nos félicitations d’un mielleux « Oh mais qu’il est mignon ! « . Et bien, en Thaïlande, abstenez vous ! Vanter la beauté d’un bébé (« naa rak » : il est mignon) pourrait lui attirer les mauvais esprits. Dites donc bien aux heureux parents combien leur rejeton est mochenaa kliat »), grâce à vous, la fortune lui sourira certainement !

(NDLR : un petit bonus vidéo sur le sujet des bébés)

5 – Quand la politique se met à table

Le Pad Thaï est exclusivement composé de produits locaux : nouilles de riz sautées et parfumées au tamarin, au sucre de palme et à la sauce de poisson. Sa cuisine a été fortement encouragée (pour ne pas dire imposée) par le gouvernement thaïlandais, au milieu des années 30, à une période de fortes tensions entre la Chine et la Thaïlande. Une touche de nationalisme derrière ce plat devenu national dont on retient surtout aujourd’hui… que c’est un régal !

6 – Flower Power

La Thaïlande compte près de 1100 espèces d’orchidées ! C’est un des symboles du pays, et une des fleurs les plus répandues, en culture ou à l’état sauvage. Premier pays exportateur d’orchidées, la Thaïlande en compte également beaucoup sur son marché national : les marchés à fleurs sont courants et très animés, à l’image du Flower Market de Bangkok, ouvert tous les jours, 24h sur 24.

7 – Elefan Club !

Au même titre que la flore, la faune thaïlandaise compte parmi les plus riches de la planète : 10% des espèces animales du globe y auraient élu résidence. Parmi elles, bien sûr, l’Eléphant d’Asie ! L’espèce est malheureusement en danger et il ne reste plus que quelques milliers d’individus sur une population estimée à 100 000 éléphants il y a un siècle. Symbole du pays, l’Eléphant est également la star d’un sport national pour le moins surprenant : l’Elephant polo. Une fédération encadre strictement les règles de ce sport et s’assure du respect du bien-être animal. Une donnée plus qu’essentielle quand on sait que les mauvais traitements sont malheureusement trop fréquents et que tout comme le tigre et bon nombre d’animaux sauvages, l’éléphant est une victime des dérives du tourisme de masse en Thaïlande.

8 – Krating Daeng donne des ailes !

Krating Daeng, ou buffle rouge, est le nom de la boisson énergisante qui a donné naissance au Red Bull ! L’Autrichien Dietrich Mateschitz découvre en 1984 cette boisson dont raffolent les routiers et chauffeurs de taxis thaïlandais qui l’utilisent pour rester éveillés. Il décide de lui offrir un destin international… en adaptant toutefois un peu la recette : la boisson européenne est gazeuse et contient moins de sucre et de caféine que sa cousine thaïlandaise. Témoin de son histoire avec le pays, la marque aux deux taureaux est souvent représentée sur les vêtements en Thaïlande… comme par exemple sur les shorts de boxe thaï.

9 – Rockick Boxing !

La Muay Thai, ou boxe thaï, est souvent désignée comme l’art des « 8 limbs » ou 8 « membres ». Oubliez tout de suite l’idée selon laquelle les boxeurs thaï seraient des mutants tout droit sortis de l’école du Professeur Xavier, ayant deux bras et deux jambes en plus de la moyenne. La discipline a en effet hérité de ce nom car – contrairement à d’autres types de boxes – ici, coups de poings, de coude, de genoux et de pieds sont autorisés. Comme pour les massages thaï, tout le corps est utilisé !

(Petit plaisir spécial Muay Thaï: revoir Jean-Claude Van Damme – et apprécier les bruitages et la bande son très « années 80 »- dans le combat final de Kickboxer)

10 – Générique royal

Pour filer l’anecdote cinématographique, petit détour par les salles obscures en Thaïlande pour ce dernier des 10 faits insolites ! Les Thaïs connaissent en effet d’autres rituels que d’acheter du popcorn avant une séance de cinéma : l’hymne royal est en effet joué avant chaque projection. Elle s’accompagne d’un petit clip présentant le roi dans l’exercice de ses fonctions. A sa diffusion, les spectateurs – Thaïs comme étrangers – se lèvent tous pour exprimer leur gratitude et rendre hommage au Monarque et à sa famille.

EnregistrerEnregistrer

Paris Face Cachée 2017

Paris Face Cachée 2017

Vous aimez découvrir des endroits insolites, méconnus ou tout simplement secrets ? Réjouissez-vous : Paris Face Cachée revient et vous propose durant trois jours des expériences uniques dans des lieux atypiques !

Paris Face Cachée, c’est le rendez-vous des amoureux de Paris qui souhaitent découvrir la ville et ses « coulisses ». Les 27, 28 et 29 janvier prochain, rejoignez une des 120 aventures proposées. Histoire, art, sciences, innovation, gastronomie, Paris Face cachée propose aux explorateurs curieux de se rendre dans des lieux habituellement fermés au public ou de participer à des expériences originales et insolites dans des lieux plus connus.

Pour cette 6ème édition, il vous sera par exemple possible de découvir l’envers du décor de l’aéroport d’Orly, d’un mythique studio de musique, d’explorer une ancienne carrière de calcaire transformée en brasserie jusqu’en 1978 ou encore de vous initier au spiritisme… historique !

Si les aventures sont déjà en lignes, la billetterie n’ouvre que le 11 janvier : notez bien cette date dans votre agenda car l’engouement est à la hauteur de l’évènement et les places s’envolent à toute vitesse ! Une seconde vague sera toutefois proposée le 18 janvier.

Paris Face Cachée
  • Les 27, 28 et 29 janvier à Paris et en banlieue proche
  • Programme
  • Uniquement sur réservation
  • Tarif : varie selon les évènements (nombre d’entre eux sont gratuits)

10 coutumes du monde pour le Nouvel An !

Coutumes du nouvel an

Tic, tac, tic, tac, 2016 touche à sa fin.  Mais alors que quelques heures nous séparent de la nouvelle année, savez-vous comment ce passage est célébré à l’étranger ? Découvrez 10 des coutumes les plus insolites de nos voisins !

1 – Italie

Bien avant que Marie Kondo ne devienne la star incontestée du rangement, les Napolitains et Italiens du Sud ont pris pour habitude de « faire le tri » avant le nouvel an et de se délester le 31 décembre de leur vaisselle et  d’objets usagés… en les jetant par la fenêtre ! Un grand ménage symbolique peu apprécié des passants… on les comprend !

2 – Chine

En Chine, à l’inverse, on conserve religieusement tous nos biens en état en signe d’opulence. La coutume voudrait même que l’on ne nettoie rien. De nombreux Chinois la prennent au mot et ne se douchent pas le 1er janvier avant de reprendre leurs habitudes dès le lendemain.

3 – Espagne

Les Madrilènes et de nombreux Espagnols ont une tradition bien curieuse : le 31 aux douze coups de minuit, ils avalent douze grains de raisins. Cette coutume, datant de 1909, année de très grande production du fruit dans la région d’Alicante, a vocation à leur porter bonheur. Mais attention, je vous vois venir : la légende ne pas dit si consommer du raisin sous forme liquide le soir du nouvel an procure les mêmes bénéfices !

4 – Japon

Si les Japonais se rendaient à cette époque de l’année en Espagne, ils seraient surpris du peu de fois où résonne le carillon : c’est en effet par 108 coups de gong qu’est marquée, au Japon, l’entrée dans la nouvelle année.

5 – Angleterre

En Angleterre, n’arrivez pas les mains vides le soir du réveillon. Ou du moins pas les poches vides : gare à vous si elles ne contiennent pas un peu de sel, une pièce de monnaie et un morceau de charbon. Pour les Anglais, ces trois éléments, respectivement symboles de la nourriture, de l’opulence et de la chaleur, sont le gage d’une année bien démarrée.

6 – Equateur & Colombie

Si vous êtes sur ce blog, c’est sans doute que vous aimez les voyages. Vous voulez vous assurer d’en faire de nombreux dans l’année ? Adoptez la méthode pour le moins originale des habitants d’Equateur et de Colombie !  Ceux d’entre eux qui souhaitent augmenter leur chance de découvrir le monde se baladent le 31 au soir dans les rues de leur ville munis d’une valise vide !

7 – Danemark

Le 31, on oublie traditionnellement les bons rapports de voisinage : du tapage nocturne à l’invité gênant qui vomit dans la cage d’escalier, on a tendance à terminer l’année en maudissant nos voisins de palier. Ne nous plaignons pas trop : les Danois ont pour tradition de sauter du haut des meubles pour « entrer d’un bon pied dans la nouvelle année » et de briser sur le paillasson de leurs proches de la vaisselle ébréchée.

8 – Pérou

Les Péruviens abordent autrement la question de la promiscuité : pour régler leurs conflits avec leurs voisins et démarrer la nouvelle année lavés de toute rancoeur, la tradition autorise chacun à enfiler des gants de boxe et   à oublier les différents par un combat. Après le dindon de la farce, le marron de la dinde.

9 – Russie

Les Russes célèbrent la nouvelle année avec un verre de champagne. Si cela vous semble bien classique, l’originalité réside dans l’étape qui précède la dégustation. En Russie, il est en effet d’usage d’inscrire sur un papier ses voeux pour la nouvelle année, de brûler ensuite ce papier et de diluer ses cendres dans sa coupe de champagne avant de la boire. A la vôtre !

10 – Philippines

Aux Philippines, les habitants s’entourent au moment du nouvel an d’objets et d’aliments aux formes arrondies. Habillés de vêtements à pois, ils mangent ainsi des fruits ronds et s’offrent des pièces pour attirer la bonne fortune. La lentille, avec sa forme arrondie rappelant celle des pièces de monnaie, est d’ailleurs également à la fête à cette période de l’année et fait partie de nombreux plats traditionnels du réveillon dans de nombreux pays, comme l’Italie et le Chili.

 – – – – – – – – – – – – 

Et vous, comment avez-vous prévu de célébrer le nouvel an ? Je vous souhaite en tout cas tous mes voeux pour  ces fêtes de fin d’année et espère vous retrouver dès 2017 pour toujours plus d’articles et d’échanges autour des voyages et cultures du monde !

BONNE ANNEE ! 

Insolite : 5 activités spéciales Harry Potter

Harry Potter

Mordus les moldus ? Depuis la sortie du premier opus d’Harry Potter en 1997, la pottermania n’a eu de cesse de croître et des générations entières de fans ont vibré au rythme des aventures de l’apprenti sorcier. Vous en faites partie et donneriez cher pour revêtir le choipeaux magique ? Suivez ces 5 enseignements pour devenir digne d’intégrer Poudlard !

1 – Révisez vos classiques

Soirée cinéma & Quidditch – Cinéma Les Fauvettes / Paris 13

Harry Potter, ce n’est pas qu’une saga littéraire, mais c’est bien tout un univers. Une série de films débutée en 2001, avec Daniel Radcliffe, Rupert Grint et la (très chouette) Emma Watson, et tout un imaginaire, amené parfois à crever l’écran : le quidditch est ainsi depuis 2005 devenu discipline moldue ! Ce sport faisant s’affronter des équipes de sorciers chevauchant leurs balais a désormais sa transcription plus terre à terre mais tout aussi amusante. Cela vous intrigue ? Assistez à une initiation mercredi 26 octobre au Cinéma Les Fauvettes, en présence de l’équipe Paris Frog, dont certains membres font partie de l’équipe de France ! Retrouvez ensuite votre sorcier préféré à 19h30 dans le premier film de la saga, Harry Potter à l’école des sorciers.

  • Cinéma Les Fauvettes, 58 avenue des Gobelins, 75013 Paris
  • Mercredi 26 octobre dès 19h00 :
    • 19h: Introduction au Quidditch Moldu et démonstration par l’équipe Paris Frog
    • 19h30 : Projection de Harry Potter à l’école des sorciers
  • Réservation

2 – Plantez le décor

Warner Bros Studio Tour / Londres

Par amour pour Harry, vous seriez prêts à braver des océans ? En traversant la Manche, il vous sera déjà possible de plonger dans son univers fantastique. Les Studios Warner Bros (situés à Levesden, au nord de Londres) proposent en effet des tours à la découverte des coulisses de la saga. Costumes, décors, maquettes, secrets de tournage et explications sur les effets spéciaux, la visite, de trois heures, est riche en surprises ! Guettez les évènements spéciaux : en fonction des saisons et des fêtes, des animations et expo temporaires sont régulièrement proposées.

3 -Faites le tour de la question

Culture and Adventure – Tour Harry Potter / Londres

Et si vous capitalisiez sur votre séjour britannique pour faire un tour dans le Londres d’Harry ? La pétillante Pascaline de Culture and Adventure, propose dès cet automne un tour Harry Potter en Routemaster, vieux bus impérial londonnien. Le bus vous emmènera sur les lieux incontournables du tournage : le Ministère de la Magie, Gringotts, la Banque des sorciers, le Millenium Bridge mais également l’entrée du chemin de traverse ou encore la célèbre voie 9¾ à Kings Cross en prévision d’un futur départ pour Poudlard.

  • Tour Harry Potter en Routemaster à Londres
  • Dimanche 30 octobre à 14h00 (et de nombreuses dates à venir)
  • Départ à l’arrêt de bus W on Northumberland avenue
  • Réservation

4 – Cultivez votre savoir faire

 

Musée de la magie / Paris 4

Retour en France. Etre moldu ne vous enchante guère et vous souhaiteriez approfondir vos connaissances en magie ? Un musée parisien y est dédié ! Le musée de la magie, en plein coeur de Paris, propose un panorama historique et ludique de la magie depuis le XVIIIème siècle : grands noms, tours incontournables…et bien sûr illusions surprenantes. En novembre, le célèbre magicien Howard Hamburg y tient une conférence :

  • Musée de la magie, 11, rue Saint Paul, 75004, Paris
  • Mercredi, samedi et dimanche de 14h00 à 19h00
  • Conférence de Howard Hambourg le 7 novembre à 20h à l’Académie de magie
  • Réservation

5 – Prolongez le plaisir

 

En librairies, au théâtre et en salles

Que ceux qui après tout cela en voudraient encore plus se réjouissent ! Le dernier né de J.K Rowling vient de paraître : dans ce nouveau livre, Harry Potter et l’Enfant Maudit, le lecteur retrouve Harry Potter, 19 ans après l’avoir laissé dans le 7ème tome. Le texte du livre n’est autre que le script de la pièce de théâtre éponyme… jouée à Londres en juillet dernier et qui devrait sans aucun doute s’exporter très prochainement. L’univers magique de l’auteur sera également à retrouver en salles cet automne : les Animaux fantastiques, spin-off d’Harry Potter, sort le 16 novembre.

 

J’ai testé pour vous… les tablées cachées !

tablées

Pour vivre heureux, dînons cachés ! Si l’adage originel a été quelque peu modifié, l’équipe des Tablées Cachées ne s’y est pas trompée ! La recette du succès ? Chaque mois,  un chef, un endroit insolite et une tablée de curieux gourmands dînant avec le(s) propriétaires du lieu pour le découvrir et s’imprégner de son histoire. Vous imaginez bien que je ne pouvais manquer une telle promesse de bon repas et d’expérience inédite… : j’ai testé pour vous les tablées cachées !

Les Tablées Cachées, c’est l’association de Coline, Amélie et Jocelyn, trois passionnés amateurs de bonnes tables, qui ont trouvé LA recette pour un dîner plus que parfait : réunir, le temps d’une soirée, un chef et de chanceux gourmands dans un lieu secret, ouvert tout spécialement. Chaque mois, ces tablées réunissent ainsi une vingtaine de privilégiés, qui en plus de se régaler, découvrent les coulisses d’un endroit insolite. Parmi les dernières éditions, on notera notamment un diner dans une Nef, un autre dans les Anciens Frigos de Paris, ou encore une soirée sur les hauteurs de Belleville, dans d’anciens ateliers aux cours fleuries et aux faux airs de campagne. Et si le plaisir de la découverte est bien une des motivations premières du trio, celui de la dégustation n’est pas en reste : chaque fois, aux fourneaux, un maestro de la cuisine !

L’équipe déniche chaque fois des lieux hors du commun. Et le mystère demeure jusqu’à la dernière heure : si quelques indices sont dévoilés avant, le rendez-vous est donné la veille et ne laisse souvent pas présager de l’ampleur de la surprise qui attend les convives. C’est donc bien enthousiaste que je me présente un dimanche soir dans le 13ème arrondissement, à deux pas de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. Coline, Amélie et Jocelyn nous retrouvent accompagnés de Côme, interne en médecine, qui sera notre hôte de la soirée. Le dîner est en effet prévu dans un lieu habituellement connu que des seuls médecins : la salle de garde !

tablées cachées

Certaines d’entre elles ont fait couler beaucoup d’encre ces dernières années ; on se souvient en effet de la fresque polémique de Clermont ! Les salles de garde ont en effet un folklore… et une tradition paillarde assumée. Cantine des internes et des médecins, la salle de garde est un lieu à part d’un hôpital. Ses règles sont très codifiées : ici, toute hiérarchie hospitalière est abolie (seul règne en maître l’économe, un interne qui gère la vie du lieu), et toute mention à l’univers médical interdit. Sous peine de se voir octroyer une punition… comme celle de chanter une chanson paillarde ou d’embrasser son voisin. La salle de garde est un véritable sas de décompression.

tablées cachées

Nous découvrons ce lieu atypique sous les explications de deux économes et de médecins habitués de la salle. Quand vient l’heure de l’apéro, les bouteilles sabrées nous permettent d’apprendre que le tire-bouchon est interdit en salle de garde : sa forme trop proche d’instruments médicaux lui a valu d’être banni.

Puis vient l’heure du dîner : le chef Benjamin Schmitt a mis tout son talent dans un menu clin d’oeil à la médecine.  Du coeur de canard, un condiment mûre servi comme « une tâche de sang », une seringue pour recouvrir de coulis une pêche pochée… Tout est juste, délicieux et parfaitement assaisonné. Les discussions vont bon train et l’on se régale tout en échangeant avec les internes et médecins, qui sont ravis de partager avec nous les coulisses de cet univers si particulier.

tablées cachées

Verdict de cette tablée cachée ? Un sans-faute ! Le dîner est un régal et nous sommes tous ravis d’avoir, le temps d’un soir, eu accès à un lieu si secret.

tablées cachées

Vous voulez vous aussi rejoindre un de ces dîners ? C’est simple mais il vous faudra être rapide : abonnez-vous vite à la newsletter des Tablées Cachées et sautez sur les réservations dès que le prochain évènement s’annonce ! Pour ce qui est du prix, il vous faudra compter 70€ par personne… un tarif un peu élévé mais qui se justifie par la qualité de la prestation et de la cuisine, d’un niveau gastronomique.

(Encore merci à ma grande amie Claire qui m’a permis de vivre cette soirée d’exception ! Et merci à nos hôtes et notre chef d’un soir)

Infos pratiques :

(Article également publié sur Graines de blogueuses)

Pantone de vacances

Pantone

Il fait chaud, il fait beau, mais vous êtes malheureusement coincés derrière votre ordinateur ? Offrez-vous une pause rafraîchissante ! Pour voir la vie en couleur, craquez pour les détournements Pantone de la poétique Teresa, fondez sans culpabilité pour les nuanciers glacés, et fantasmez sur une prochaine virée à Monaco, occasion d’aller découvrir le Pantone Café, nouveau corner du géant des couleurs : #FRESH !

Nuancier de vacances

L’artiste lisboète TérésacFreitas, au compte instagram fleuri et coloré, s’est amusée à détourner les codes de Pantone, grand manitou des couleurs. Résultat : de nouvelles nuances au bon goût de vacances. On ne s’en lasse pas !

Effet rafraîchissant : 9/10.
Potentiel « frustrant » : 10/10

 

A qui profite la cream ?

Italiennes, bi-goûts, aux fruits : les glaces sont les reines incontestées de l’été. Et le plaisir des yeux n’est pas en reste ! Craquez pour un péché 100% allégé en admirant les planches pantones glacées.

Effet rafraîchissant : 7/10.
Risque gourmand : 9/10.

Pantone ice cream

Pantone toppings

Pantone Café

Après cela, vous n’avez qu’une envie : quitter de suite votre bureau et courir déguster une glace face à la mer ? Pour filer la métaphore colorée, rendez-vous au Pantone Café, corner éphémère de la marque, installé à Monaco jusqu’au 09 septembre. Le lieu pousse à son paroxysme les déformations professionnelles des graphistes : toute nuance y a son code pantone. Un plaisir des yeux et des sens… outre le café, on y trouve des jus et … des glaces, of course !

Effet rafraîchissant : 8/10.
Tentation d’y dépenser tout son argent : 7/10.

Pantone CaféPantone Café
Pantone Café
PANTONE CAFE
  • Adresse  : Esplanade du Grimaldi Forum, 10 avenue Princesse Grace 98000 Monaco
  • Jusqu’au 09 septembre
  • Tous les jours 10:00-20:00, Jeu : nocturne jusqu’à 22:00
  • Facebook / Instagram

Paris by feet : la carte de métro spéciale marcheurs !

Paris à pieds

Vous n’êtes pas trop Métro, Boulot, Dodo, mais seraient plutôt de ceux qui conjuguent dès qu’ils le peuvent ce credo avec rando Guillaume Martinetti vous a entendu et a créé une carte de métro… spéciale marcheurs ! Une info qui tombe à pic à quelques jours de l’annonce d’une hausse de prix de la carte Navigo…

Guillaume Martinetti, ingénieur passionné de transports s’est penché sur le quotidien des parisiens et a développé un plan de métro pour le moins original. Cette carte, qui ressemblerait à s’y tromper à une carte RATP, indique en effet le temps nécessaire à pieds, pour se rendre d’une station à l’autre. On apprend par exemple qu’un trajet à pieds entre Madeleine et Concorde prendra environ 7 minutes, tandis que la liaison entre Porte Maillot et Les Sablons devrait prendre 11 minutes. 

Rassurez-vous, Guillaume ne s’est pas amusé à parcourir plus de 300 stations pour créer ce plan : il s’est appuyé sur les données de Google Maps ! Les temps de trajets sont donc à nuancer avec la réalité « IRL » des passages de feux … et du rythme des Parisiens, dont la vitesse moyenne de marche est de 5km/h (VS une moyenne estimée par Google de 4,4 km/h).

Paris à pieds

Retrouvez également la carte « Walking Metro Map » sur le site Rando-Metro, de Guillaume Martinetti !

Visite insolite : les égouts de Paris

égouts de Paris

Vous rêvez de tout connaître des coulisses de Paris ? Bubbleglobe vous prend au mot et vous propose de découvrir  – littéralement – les dessous de la ville, avec une visite guidée … des égouts de Paris !

L’histoire

Repère des tortues Ninjas, décors idéaux de romans d’espionnages, les égouts font l’objet de nombreux fantasmes et nourrissent depuis toujours notre imagination. Mais savez-vous qu’il vous est possible d’en découvrir une partie? Sous le Pont de l’Alma, le Musée des Egouts de Paris accueille toute l’année de nombreux visiteurs, curieux d’en savoir plus sur le fonctionnement de cette « ville sous la ville ». Et ce tourisme souterrain ne date pas d’aujourd’hui : dès la fin du 19ème siècle, Parisiens et touristes partent à la découverte de ce lieu pas comme les autres. Si les visites se font dans un premier temps en trolley, le mode de transport change au début des années 20 : à la manière d’une Venise… odorante, les égouts se visitent en bateau jusqu’en 1975. Mais cette « croisière » prend fin pour des raisons d’hygiène et de sécurité et le parcours s’effectue désormais à pieds. La visite se compose à la fois de galeries sèches et de quelques tronçons du réseau actuel exploité.

La visite

Guide passionnée, Laura connaît par coeur la vie de ces égouts. Cette journaliste de formation s’est prise de passion pour ce lieu méconnu et pourtant véritablement ancré dans l’histoire et le quotidien de la ville de Paris. Elle anime sa visite de nombreuses anecdotes surprenantes : saviez-vous par exemple qu’une prime à la queue de rat existait encore récemment ? Ou bien qu’un crocodile avait élu domicile dans les égouts durant plusieurs mois ? Parmi ses souvenirs les plus marquants, elle raconte avoir servie de guide à Cécile Duflot, venue en famille découvrir les égouts, et évoque également le tournage récent du film « Le Passe Muraille » avec Denis Podalydès, les égouts servant en effet souvent de décors « IRL » à des fêtes, défilés ou films. Une heure de visite passionnante pour un musée des plus insolites, à découvrir entre amis ou en famille !

Infos Pratiques

Le Musée des Egouts, Pont de l’Alma, 75007 Paris, France
(M) Alma-Marceau (RER) Pont de l’Alma
Tous les jours sauf jeudi et vendredi de 11h à 16h
Visites BubbleGlobe avec Laura  : 10€ +  4,30€ de frais d’entrée au musée

Pour suivre l’actualité de BubbleGlobe :
Le site
La page facebook

Du ciné qui pique le nez !

ciné fromage

Du plateau de tournage à celui de fromages, il n’y a qu’un pas… que n’ont pas hésité à franchir les équipes de Munchies et du Grand Cuisine Cinéma Club : passez à table ce mercredi au bar le Repaire, pour une soirée haute en odeur !

Nourriture et cinéma font toujours bon ménage. Après le cycle Manger du Forum des Images, un nouvel évènement pour les cinéphiles gourmands fait son entrée dans Paris ! Munchies, la plateforme et la chaîne vidéo de VICE dédiée à la nourriture, et le Grand Cuisine Cinéma Club proposent en effet ce mercredi 29 une soirée ciné – fromage. Le principe est simple : « déguster » littéralement ce que l’on voit sur l’écran.

Au programme deux documentaires, un magazine et un court métrage, dédiés à ce met élevé en France au rang de trésor national :

  • Cheese (court métrage – fiction, 05’08)
  • Le jour où les Chinois ont découvert le fromage qui pue (Documentaire, 08’30)
  • Bière, fromage et musique folk : Bienvenue en Bavière (Documentaire,17’30)
  • Fuck That’s Delicious : Action Bronson à Paris (Magazine, 22’30)

Et pour accompagner la projection, des fromages de toutes sortes seront proposés à la dégustation !

Infos pratiques