Étiquette : Découverte

5 choses à faire dans le Ségala

5 choses à faire dans le Ségala

Métro, boulot, dodo… votre quotidien d’urbain manque malgré vous de nature? A seulement quelques heures de la capitale, le Ségala, coeur vert de l’Aveyron, vous appelle ! Découvrez juste ici 5 activités à faire dans cette terre de nature et de culture!

1) Ouvrir grand les yeux

Premier réflexe en arrivant en Aveyron : ouvrir bien sûr grand ses poumons et respirer de larges bouffées d’un air pur et frais ! Mais votre second réflexe devrait ensuite être d’ouvrir les yeux. L’Aveyron et le Ségala, pays des cent vallées, regorgent en effet de points de vue impressionnants, de paysages apaisants, de forêts riches et fournies, et disposent d’un patrimoine architectural et historique hors du commun.

Mais dans le Ségala votre regard saura aussi être charmé par des oeuvres d’art !  Surprenant sur cette terre au fort ancrage rural, nommée d’après le seigle, segal en occitan ? Pas tant que ça ! A Rieupeyroux, une folle initiative a vu le jour il y a dix ans : rendre l’art accessible à tous grâce à une artothèque, base d’emprunt d’oeuvres d’art. Comme on irait emprunter ses livres et DVD, particuliers, mairies, écoles et commerçants s’abonnent et empruntent pour deux mois tableaux, sculptures et autres créations d’artistes de renommée internationale. Le fond contient plus de 350 oeuvres et une partie de la collection est exposée au centre culturel de la commune, dont le dynamisme marquera tout visiteur qui le visite.

Centre culturel Aveyron Ségala Viaur

  • Espace Gilbert Alauzet
    12240 Rieupeyroux
  • Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17H.
  • Site de l’artothèque

Chapelle Saint Jean-Baptiste de Modulance

  • Dressée sur la montagne de Modulance, à 804 mètres d’altitude, la chapelle offre un panorama incroyable sur le Ségala et ses nombreuses vallées, entre les rivières Viaur et Aveyron. Par temps clair, on y verrait même jusqu’aux Pyrénées !
  • Visites à la demande – 05.65.65.51.12

Vue du Ségala (c) StrawberryBlonde

2) Prêter l’oreille

Dans le Ségala, tous les sens sont aux aguets. Après avoir pleinement satisfait notre vue, il s’agirait désormais de prêter l’oreille. D’abord pour entendre les sons de la nature : meuglements des vaches, mélodie d’un ruisseau qui s’écoule, cloches des églises médiévales mais aussi le vrai silence que l’on retrouve à la campagne.

Ensuite, pour découvrir l’histoire des lieux et des habitants de la région. C’est en effet ce que propose Oreilles en balade ! Armé d’un smartphone prêt à flasher des QRcodes ou d’un audioguide emprunté en mairie ou chez un commerçant, partez en promenade dans les villages du Ségala, guidé par les voix et histoires des Aveyronnais. Les parcours proposés vous permettront notamment de découvrir des vestiges du Moyen-Âge, les anecdotes sur des sites historiques ou encore l’histoire du sculpteur Pierre Alechinsky. Ils seront aussi l’occasion d’écouter les récits des anciens, partageant leurs souvenirs et leur regard sur la région, la religion, l’agriculture ou les traditions locales.

Une oreille attentive vous permettra également d’entendre sonner le Martinet de la Ramonde. Martine ? Raymonde ? Non, non, et rien à voir non plus avec le martinet du père Fouettard. Le Martinet de la Ramonde est en fait un marteau hydraulique, ancêtre du marteau pilon, servant à battre le cuivre. Utilisé durant des siècles par des artisans pour faire des chaudrons, il a été rénové par une association et bat encore la mesure à La Bastide-l’Évêque.

Oreilles en balade

  • 15 parcours pour tous, gratuits, en libre accès et sans durée imposée
  • Existent en version adulte et enfants

Le Martinet de la Ramonde

  • Gorges de l’Aveyron, Le moulin du Roc, La Bastide-l’Évêque, 12200 Le Bas-Ségala
  • Visites guidées, visites pédagogiques
  • Aire de pique-nique et petit musée avec une salle de projection

Vaches d'Aveyron et du Ségala (c) StrawberryBlonde

3) Remonter le temps

Vous n’êtes pas convaincus de la fiabilité des machines à voyager dans le temps ? Faites confiance à la ligne Paris-Rodez ! Un séjour dans le Ségala, c’est l’occasion de véritablement remonter le temps. Il suffit pour cela par exemple de vous rendre à Prévinquières : dans ce village médiéval, les bâtisses ont vu défiler les siècles. Irène Desmard, enfant du pays passionnée d’Histoire, a rénové une maison du XVème siècle, ancienne école de jeunes filles, pour en faire la chambre d’hôte. En partie construit sur les anciennes fortifications de la ville datant du XIIIème siècle, l’édifice a tout le charme de l’ancien mais avec un confort que nous envieraient tous nos contemporains. Et ce, même dans la chambre appelées « Donjon » ou « Médiévale » !

Le Portail Haut & Prévinquières

  • Chambre entre 2 et 4 personnes, à partir de 75€ avec petit déjeuner
  • Ouvert de mars à janvier
  • Le bourg, 12350 Prévinquières
  • Information et réservation : 06 99 80 61 69

4) Avoir le goût des bonnes choses….

Le plein air, les balades, c’est que ça creuse tout ça ! Mais rassurez-vous, s’il y a une chose à retenir sur l’Aveyron, c’est que l’on y mange, et que l’on y mange bien !  Le Ségala, grenier de la région, est une terre de culture et d’élevage. Boeufs, veaux, moutons font la fierté des exploitants aveyronnais et la viande est un élément incontournable de la cuisine locale.

Parmi les spécialités du département, on pensera notamment aux tripoux, des panses de veaux farcies au jarret de porc et au céleri, au boeuf d’Aubrac, ou encore aux nombreux plats autour du veau d’Aveyron et du Ségala, une appellation obtenue selon un cahier des charges très strict et qui perpétue un savoir-faire local et historique.

Mais à part la viande me direz-vous ? Et bien, un point sur la cuisine aveyronnaise ne serait rien sans une mention de l’aligot. Cette spécialité m’a valu de défaire ma ceinture d’un cran… voire de deux, lors de mon récent séjour en Aveyron. Purée de pomme de terre mélangée à de la tomme d’Aubrac et de l’ail, l’aligot est souvent servi en accompagnement des (déjà copieuses) portions de viande. Si vous ne voulez pas passer pour un touriste, servez vous en aligot en le faisant filer sans le rompre. Un tour de main habilement maitrisé par les habitants de la région… et les Auvergnats, eux aussi friands d’aligot.

Heureusement, la nature et les grands espaces du Ségala sont le cadre idéal pour faire un peu d’exercice : une manière de contrebalancer les plaisirs d’une cuisine locale très (très) généreuse !

– Idées de restaurants :

5) … Et renouer avec sa part bestiale

Cabra de Broussailles - Chèvres (c) StrawberryBlonde

Moutons, chèvres, vaches, chevaux, ânes… Dans le Ségala, les mammifères que l’on trouve en plus grand nombre ne sont pas les humains. Pour le plus grand bonheur des amoureux des animaux. Si un réveil à l’aube ne vous fait pas peur, profitez de votre séjour en Aveyron pour assister à une tétée de veau. Chaque matin, après une nuit passée loin d’elles, les veaux d’Aveyron et du Ségala retrouvent leurs mères pour un petit déjeuner lacté. Et l’enthousiasme est de la partie !

Si vous êtes plus ovins que bovins, vous pourrez également rêver d’une vie pastorale en accompagnant un troupeau de chèvres au Cabra des Broussailles. Vous auriez dû voir ma fierté quand, bergère d’un jour, je me suis essayé à la traite et ai réussi du premier coup à faire sortir du lait des mamelles de ma partenaire. Le brise coeur a été de ne pas pouvoir repartir avec un des petits chevreaux.

– Tétée des veaux d’Aveyron et du Ségala : renseignez vous auprès de l’office de tourisme pour connaître les exploitations qui reçoivent du public, et l’heure à laquelle il vous est possible de venir. Certaines fermes recoivent en effet le matin, d’autres plus tard dans la journée, vers 18h.

Cabra de Broussailles

  • Elevage de chèvres du Rove en sylvo pastoralisme et bio dynamie
  • Transformation fromagère et vente de fromages
  • Visite sur rendez vous au 06 40 19 98 70

 

Toutes ces idées vous ont donné des envies de week-end ? 

Il est très simple de se rendre dans l’Aveyron : les liaisons par le train sont quotidiennes depuis Paris (arrêtez vous à Millau, Rodez, Albi…) et la voiture et le bus sont également des options pratiques et peu coûteuses. Pour les pressés, Air France, Hop et la compagnie low-cost Flybe desservent également l’aéroport de Rodez.

Quelques liens pratiques pour retrouver plus d’information :

Si la destination vous intéresse, retrouvez également mon article Postcard From Aveyron, dans lequel je partage « à chaud » mon impression sur la région.


Nota Bene : C’est à l’occasion de l’édition 2018 du salon des blogueurs de voyage (qui se tenait à Millau) que j’ai eu le plaisir de découvrir l’Aveyron. Cet article fait suite à un blogtrip réalisé dans le cadre du salon des blogueurs de voyage mais n’est pas un article rémunéré. Il est un compte-rendu sincère et est garanti sans tentative de corruption à l’aligot 😉 Encore un grand merci à l’équipe du WAT18 et aux offices de tourisme d’Aveyron et du Haut Ségala qui nous ont réservé un accueil incroyable. 

 

 

L’agenda de la semaine

agenda 27 août au 2 septembre

L’agenda de la semaine c’est la transition parfaite entre vacances et rentrée : leçon de style, fête, atelier manuel, fête, séance cinéphile, fête. Une bonne manière de clôturer l’été et de célébrer l’arrivée de septembre.

Lundi 27 août

Mode-day

Et vous, vous avez choisi votre tenue de rentrée ? Pour ne pas ternir la réputation d’élégance des Parisiens et Parisiennes, allez chercher l’inspiration à la source ! L’exposition Mode Pure du photographe de génie Willy Rizzo restitue en images la fine fleur du style de 1947 à nos jours.

  • Mode Pure, jusqu’au 22 septembre
  • Studio Willy Rizzo, 12 rue de Verneuil 75007 Paris
  • Tous les jours sauf le dimanche de 11h à 18h30

Mardi 28 août

Au bal masqué, ohé ohé

« Aujourd’hui, je fais ce qui me plaît, me plaît… » et je vais au bal masqué organisé par le Carillon de Paris ! Masques, musique, calligraphie, buffet de Too Good to go, olympiades, bref, une soirée festive, animée et solidaire !

  • Au bal masqué
  • Friche Etex, 17 Rue Etex, 75018 Paris
  • A partir de 18h

Mercredi 29 août

Attention à la mousse

Si je vous dis soirée mousse… pas sûr que vous ayez en tête ce qui vous attend mercredi. J’irais même jusqu’à dire que vous vous plantez (et un indice très explicite se cache dans cette formule). La mousse n’est en effet pas pour vous, mais pour de charmantes compositions végétales, les Kokedamas. Apprenez à fabriquer une sphère de mousse qui accueillera votre plante, et apportez une touche verte et faite maison à votre déco.

  • Atelier DIY Kokedama
  • 88 Ménilmontant
  • Mercredi 29 août de 18h00 à 19h30
  • Paiement sur place de 12€

Jeudi 30 août

Avoir les crocs

Pour ne pas trop ressasser les vacances, rien de tel qu’une petite sortie ciné qui vous vaccine des baignades à tout jamais. Ca tombe bien, à l’occasion de la sortie de « En eaux troubles » (au pitch très efficace : des humains VS un requin terrifiant de 23m), Gaumont Alésia propose Les Dents de la mer en ciné club. Un quizz façon Sharks Attack (blague cinéphile) et une séance à vous faire grincer des dents, on ne pouvait rêver mieux.

Vendredi 31 août

Ca boum ?

Si vous avez connu le club Dorothée, les colliers ras du cou, les pogs et le téléphone fixe qui coupait votre (très lente) connexion internet, cette soirée est faite pour vous. Le meilleur des années 80 vous attend à la Bellevilloise et le voyage dans le temps est assuré. Entrée gratuite pour les filles : Cindy aurait été fière, les Girls vont avoir du fun !

  • Do you 80s ?
  • La Bellevilloise, 19-21 rue Boyer, 75020 Paris
  • Billetterie, 10€, entrée gratuite pour les filles

Samedi 01er septembre

Lente heure

Les semaines à Paris sont si speeds, que ce week-end, levons le pied. Je dirais même qu’il faudrait suspendre le temps… Et pour ça, quoi de mieux qu’une Slow Party au Jardin suspendu ? Au programme, de la médecine – douce of course – de la slow food, un marché de créateurs, du yoga, et bien entendu un peu de Do It Yourself. Slow is the new glow ! (Ca ne veut rien dire mais ça sonnait bien).

  • Slow Life
  • Samedi 01er septembre, de 12h à 22h
  • 25€, accès à tous les ateliers

Dimanche 02 septembre

Avoir la patate

Ah, le premier dimanche de septembre a quelque chose de cruel… C’est qu’il sonne un peu le glas des vacances et qu’il annonce à lui seul le premier lundi de rentrée, avec ses trames de métro bondées et son lot de mails à traiter. Ca donnerait presque envie de tout plaquer pour aller élever des chèvres dans l’Aveyron, non ? J’ai beau être une grande fan de la région, j’ai de quoi vous redonner la patate en un coup de RER. Exki vous propose de recouvrer ce dimanche un droit datant du Moyen-Age, le glanage ! Le principe ? Lutter contre le gaspillage alimentaire en collectant les pommes de terres « oubliées » des récoltes. Et en plus de vous faire du bien en prenant un bol d’air, vous pourrez faire le bien en partageant votre récolte avec l’association La Mie de Pain, qui apporte de l’aide aux personnes en difficulté.

Postcard from #2 – Aveyron

Postcard from Aveyron

Après une édition l’an dernier à St Malo, le salon des blogueurs de voyage est de retour cette année en Occitanie, à Millau ! L’occasion de passer quelques jours au vert et de découvrir une magnifique région. C’est parti pour une nouvelle postcard from… AVEYRON !

Le point Météo

En ce mois d’avril, le temps est au beau fixe en Aveyron, et ce n’est pas pour me déplaire ! La région se prête particulièrement bien aux activités « en plein air » et le climat estival dès le printemps rend les sorties encore plus agréables. Bijou vert entre Toulouse, Clermont Ferrand et Montpellier, le département fait le bonheur des amateurs de balades, de randonnées et de grands paysages.  Méfiez vous, cependant, en altitude, les nuits peuvent être fraîches.

S’il se met à pleuvoir, nulle crainte à avoir ; il y a toujours de quoi faire en intérieur en Aveyron. Le Viaduc de Millau, les villages de caractères, les musées et cité médiévales sont prêts à vous recevoir ; tout comme les restaurants qui vous réchaufferont d’assiettes pleines d’aligot.

Viaduc de Millau

Food Porn

Le rythme des locaux c’est Rando, Aligot, Dodo. Et si je ne veux pas ajouter à cet adage la nouvelle rime « kilos », il va falloir que je les use moi aussi mes godillots ! Vous l’aurez compris, la gourmandise est de mise en Aveyron et il est impossible de sortir de table sans avoir le ventre (vraiment vraiment) plein. L’hospitalité des Aveyronnais n’a d’égale que la générosité des portions qu’ils vous servent et les pièces de viande de boeuf, de veau, d’agneau ou de canard se conjuguent avec des variations de « garniture « au fromage, comme la truffade et l’aligot, qui pourraient à elles seules constituer des plats complets. Je suis venue, j’ai vu… je suis repue.

Boeuf d'Aubrac - Aveyron

Going Wild

Instant Crazy Cat-Cow-Goat Animals Lady : en Aveyron, le nombre de vaches, de chèvres et de moutons dépasse celui de la population ! Il y aurait en 2018 plus d’un million d’ovins et près de 500 000 bovins pour « simplement » 280 000 habitants. Choyés, adorés et soignés, les bêtes aveyronnaises font le bonheur de leurs éleveurs et des visiteurs de passage. Les nombreux bois et forêts d’Aveyron sont aussi l’habitat de chevreuils, sangliers, renards ou cerfs, dont il est fréquent d’entendre le brame au moment des périodes d’accouplement. Wild Wild Ouech.

Vaches d'Aveyron et du Ségala

De toutes les manières, c’est le WAT que je préfère !  

Mais quel titre « WAT » The Fuck ! Je m’explique : ma découverte de l’Aveyron n’a pas été laissée au hasard : je m’y suis en effet rendue pour le WAT18, ou 5ème édition du salon des blogueurs de voyage, un rendez-vous annuel de blogueurs et professionnels du tourisme. Depuis 2014, Xavier et Florence, couple de passionnés et travailleurs acharnés, organisent chaque année sur quelques jours ce salon un peu à part où s’enchaînent découvertes touristiques, « speed-meetings » et networkings et conférences autour du tourisme et du digital.

  • WAT c’est en fait l’acronyme de « We Are Travel« , car le dénominateur commun de tous les acteurs de ce salon est bien le voyage. Offices de tourisme, régions, compagnies aériennes, agences de voyage… et blogueurs sont là pour échanger sur les destinations et leurs richesses.
  • Pour cette nouvelle édition, avant d’assister au salon, les blogueurs ont eu le plaisir de participer à des « blogs trips » entièrement pris en charge par les offices de tourisme locaux pour découvrir les nombreuses facettes de la région. Caves de roquefort, canoë, escalade, parapente ou bien encore visites de sites historiques et rencontres avec des éleveurs, le programme a été riche pour notre plus grand bonheur.
  • Le WAT c’est aussi beaucoup de rencontres ! J’ai eu le plaisir pour ma part de découvrir le Ségala en compagnie de blogueurs plus cools les uns que les autres : Seniors en vadrouille, aka Bernard et Solange, bien décidés à profiter de leur retraite pour parcourir le monde, Péripléties, un couple de photographes-journalistes qui revenaient d’un tour d’Europe en camping car, et Méni, du blog Lifestyle of an Indigene, gravure de mode aussi à l’aise à la ville que dans les vallées aveyronnaises. Un melting pot rapidement devenu melting potes et formidablement orchestré par Julie, de l’office de tourisme du Ségala, que je ne remercierai jamais assez pour son incroyable accueil.

Strawberryblonde & Goat

Allez, je vous laisse, mon date m’attend et je sens que si je le fais un peu trop patienter, il ira voir si l’herbe est plus verte chez la voisine. Mais soyez sûrs de revoir très vite par ici un article avec les choses à faire dans cette merveilleuse région qu’est l’Aveyron !

D’ici là, n’hésitez pas à aller faire un tour sur les blogs des copains, du WAT et sur les sites de la Région Aveyron et du Ségala !

Postcard from #1 – CALIFORNIA

Postcard

Comme je vous l’expliquais juste ici, je suis en ce moment même en Californie, et toutes les découvertes que j’y fais m’ont donné envie de tester un nouveau type d’article : les cartes postales (ou postcards). L’idée ? Un format bref (si tant est que j’en sois capable), des réactions « à chaud » et le charme de l’épistolaire. Ready ? Dear friend, I send you a postcard from …. CALIFORNIA !

 

Le point Météo

Je t’écris de Californie où il fait beau et chaud. Enfin, je m’emballe peut-être un peu : si la Californie mérite son nom de Golden Coast (et pas que pour son passé de chercheurs d’or), il ne faut pas oublier sa petite laine. Le climat de San Francisco est surprenant : on peut en un instant passer du chaud au froid en raison du vent qu’il y souffle. Et la température chute aussi avec l’altitude dès qu’on se lance dans une randonnée dans les parcs nationaux.  Mais rassure toi maman, je suis bien couverte !

postcard

 

Food Porn

La Californie ne faillit pas à sa réputation healthy ! Pour ne pas faillir à la mienne, je mange burger veggies et quinoa bowls et me fais plaisir avec des fruits et légumes locaux  (NB : les raisins secs SunMaid sont tout bonnement délicieux!). Les supermarchés favorisant les circuits courts et les restaurants « locavores » sont également légions. Dans le marché de l’embarcadère de San Francisco, on trouve ainsi un grand nombre de produits de fermes californiennes mais aussi… de produits de la mer, qui se trouve à deux pas.  Les bars à huitres et sandwichs au crabe sont ainsi des incontournables d’un séjour dans la « bay ». Et les burgers (à la viande cette fois) sont indéniablement à tester. En un mot : Miam !

postcard

Going Wild

Les grands espaces californien font la part belle à la nature. De nombreuses espèces apprécient eux aussi le doux climat et les paysages fantastiques de l’état : on y trouve de nombreux écureuils, biches, rapaces mais également des… ours ! Au détour d’une balade dans le parc des Séquoia géants, je suis d’ailleurs tombé sur un d’entre eux. Heureusement pour moi, qui aie une fâcheuse tendance à cumuler les mésaventures animalières (ou les mésaventures tout court), il était bien trop occupé par le morceau de bois avec lequel il jouait pour m’accorder son attention. Bearidique !

postcard

Random Facts 

Bref, pour l’instant, tout se passe bien, mais je note tout de même pour les prochaines fois :

  • de m’entraîner aux squats avant de partir : je ne compte plus le nombre de marches que j’ai gravies depuis mon arrivée en Californie ! Les collines de San Francisco (et notamment celle de North Beach et Russian Hill) et les trails de Yosemite et du Séquoia Park ont mis mes cuisses à rude épreuve !
  • de prévoir mon MP3 pour les road trip dans les montagnes : avec le relief, les deux seules radios à capter sont… la radio « bilingual » hispanophone qui propose de la musique folklorique fortement dosée en accordéon et la radio chrétienne Air1 où le nom de Jésus accompagne chaque riff (comme quoi, la foi gravit vraiment les montagnes !). C’est sympa – un peu – mais un peu long quand ça dure sur des centaines de miles !
  • de vérifier le calendrier des activités régionales : mon grand regret du moment est de ne pas me trouver à Fresno le 21 octobre prochain, pour la Taco Fair ! En plus de célébrer ce délice mexicain… il y aura des courses et défilés de chihuahuas !!!!! #Frustration

J’espère que tout va bien pour toi et te dis à bientôt !

P.S : Ah oui, je ne t’ai pas dit, mais malgré mon souhait initial de louer une petite voiture citadine, le loueur a considéré que je méritais de me retrouve au volant d’une Chevrolet (ou « Ché-Vi » pour les locaux). Je te raconterai prochainement toutes les subtilités de la conduite aux Etats-Unis mais, ma foi, on s’y fait ! #UneChéVipourKlerVi

postcard

 

L’agenda de la semaine

agenda

Cette semaine à Paris, les sens sont aux aguets : vous êtes invités à respirer le passé, penser et boire du thé, avoir un regard affuté, et puis bien sûr, offrir à vos oreilles de quoi swinguer. A vos agendas !

Lundi 4 septembre

Avoir le nez creux

Décidément, cette rentrée parisienne sent bon ! Après les conférences olfactives proposées au musée du Louvre, c’est au tour du Palais-Royal de se mettre au parfum. Le Centre des monuments nationaux s’est en effet associé à Chantal Sanier pour une exposition sortant de l’ordinaire : avec Subodore, l’exposition olfactive,  la parfumeuse propose de redécouvrir l’histoire du lieu et de ses personnages emblématiques au travers de senteurs. Une expo dans le « sens » de l’Histoire !

Mardi 5 septembre

Ca va jazzer !

Si le nom de Gregory Porter ne vous dit rien, sa bouille encagoulée devrait vous rappeler quelque chose ! Cette nouvelle édition du festival Jazz à la Villette tient comme toujours ses promesses et offre au public le meilleur de la scène soul, funk et jazz actuelle. Prenez vos places et préparez-vous : ce soir vous avez rendez-vous avec le groove.

Mercredi 6 septembre

Catch me if you mag! 

Les courses d’orientation vous manquent ? Running Heroes a entendu votre appel et propose à de vaillants coureurs de remporter leur exemplaire du nouveau Running Heroes Society, leur bi-annuel, qui parle course de manière… un poil décalée. Dans le prochain numéro, ça parle  Marie-José Pérec, chiens, amputations… Le running avec une nouvelle vision.

  • Catch The Mag
  • Mercredi 6 septembre à Paris
  • En binôme – Gratuit sur inscription
  • Départ à 19h depuis BAPBAP,  79 Rue Saint-Maur, 75011 Paris

Jeudi 7 septembre

Do It Y’ORself 

Entre le bar à hérissons, les baguettes avec ventilateur intégré, ou l’art de la détente, les Japonais ont toujours des concepts follement passionnants ! Celui du Kintsukuroi n’échappe pas à la règle ! Le principe ? Réparer la vaisselle brisée au moyen… d’or ! Une tradition dont se sont inspirés les artistes de Kintsughi, qui présentent à la Galerie Mansart, en partenariat avec Emmaüs Alternatives, une série limitée de pulls réparés au fil d’or. Une belle manière de « redorer » l’image des vêtements « seconde main » !

Vendredi 8 septembre

Jouer à cache-cache  

Tu me vois, tu me vois plus, tu me vois, tu me vois plus. Enfant, Liu Bolin devait être la star de la cour de récré quand il s’agissait de jouer à cache-cache. L’artiste le plus caméléon de Chine, surnommé « l’homme invisible », est à l’honneur à la Maison Européenne de la Photographie, qui rouvre ce mardi. Une exposition qui vaut le coup d’oeil !

  • Ghost Stories – Liu Bolin
  • Maison Européenne de la Photographie, 5/7 Rue de Fourcy, 75004 Paris
  • Entrée : plein tarif – 9€, tarif réduit – 5€
  • Du mercredi au dimanche, de 11h00 à 19h45

Samedi 9 septembre

Aristo-thé

Le thé serait-elle la boisson des sages ? C’est en tout cas autour d’une bonne tasse de ce précieux brevage que des philosophes en herbe vont réfléchir ce samedi à une question cruciale : mais où est donc le bonheur ?  Si comme Vianney, ou les GPS, vous ne l’avez pas encore trouvé, rendez-vous dès 15h à l’espace Falguière pour ce thé philosophique. Une sacrée quête qui annonce réflexion ardue et langues bien pendues et qui vaut bien une bonne tasse de thé.

Dimanche 10 septembre

Les grandes eaux

Nettoyer, balayer, astiquer…  Vous n’avez jamais le temps de faire le ménage chez vous, alors pourquoi iriez-vous le faire ailleurs ? Et bien, parce que le lavage de la Madeleine, c’est bien loin du ménage de printemps : il s’agit du plus grand événement du Brésil dans toute l’Europe ! Dimanche, une grande marche partira du boulevard Haussmann, à l’angle de la rue Tronchet à 13h, pour se rendre à la cérémonie symbolique du « lavage » des marches de la Madeleine.

  • Lavage de la Madeleine : dimanche 10 septembre à 13h00
  • Festival Culturel Brésilien Le Lavage de la Madeleine du 5 au 10 septembre
  • Agenda de toutes les festivités

J’ai testé pour vous… Les Déchaînés !

Les Déchaînés

Le mois de mai est là : avec lui s’annonce la saison des bourgeons, des premiers rayons… et du tennis sur France Télévisions ! Roland Garros et ses spectateurs qui ne craignent ni tours de cou ni coups de soleil sont chaque année le rendez-vous incontournable des amateurs de tennis. Pour me mettre à niveau, et comprendre enfin ce qui se joue sur les terrains parisiens, j’ai décidé de passer à l’action et ai testé pour vous … Les Déchaînés !

Les Déchaînés, c’est le nouveau service de sport sur mesure à Paris. Leur slogan? « Joue, on s’occupe du reste » ! Lancé depuis mars, il est pour l’instant disponible pour le tennis mais devrait s’étendre prochainement à d’autres disciplines. Mais, à quoi cela sert-il en fait ? Et bien, tout simplement à vous faciliter la vie lorsque vous souhaitez découvrir et pratiquer le tennis sans vous engager ni investir. Vous voulez jouer mais n’avez ni le matériel, ni l’envie de vous décarcasser à trouver un lieu et un partenaire… ni tout bonnement les compétences pour profiter pleinement de votre location ? Les Déchaînés s’occupent de tout ! En trois clics, l’affaire est résolue. Parfait quand vous voulez faire une activité qui change et la découvrir sans souscrire à un abonnement ou avoir à vous équiper !

Quand l’idée m’est venue de tester ce service, il faut savoir que je partais de très très loin : je n’avais jusqu’à présent jamais eu vraiment l’occasion, ni l’envie de m’intéresser à ce sport. Sans grossir le trait, le tennis se résumait pour moi à un comptage de points assez obscur, des pubs pour les Kinder Bueno, beaucoup de jupettes, beaucoup de casquettes, des ramasseurs de balles et enfin quelques cris bestiaux pour accompagner des heures d’affrontement. Mais l’approche ludique du site et le côté « sur mesure » m’ont convaincue : j’ai réservé une séance découverte avec une amie, prétexte avant tout pour se voir et m’initier au tennis en même temps.

Terrain réservé à deux pas de chez elle, matériel et petite collation (ils savent comment séduire), météo au top (bon ça, ils n’y peuvent rien) et un accompagnateur très très patient et prêt à répondre à toutes nos interrogations et à reprendre inlassablement les mêmes gestes pour nous apprendre à servir  : la séance découverte porte bien son nom et on parvient avant la fin de l’heure à échanger quelques balles en toute autonomie. Un très bon moment et une formule parfaite pour les débutants dans notre genre. Et le tarif est raisonnable : à 17.50€ par personne pour deux, on est loin des cours collectifs de yoga à 30€ que proposent de nombreux établissements parisiens.

Et si vous pratiquez déjà, les formules s’adaptent : que vous souhaitiez reprendre le tennis, progresser ou tout simplement ne pas vous préoccuper de la logistique, il y en a pour tous les souhaits et tous les budgets ! Les Déchaînés viennent même de développer leur offre entreprise pour faire profiter aux C.E de leur expertise.

Vous le savez, avec les bons plans, je suis plutôt partageuse : pour fêter l’arrivée de Roland-Garros (et mon baptême concluant sur terre battue), je vous propose un bon de réduction de 10% pour votre première réservation avec Les Déchaînés :

STRAWBERRY

A vos raquettes ! 🙂

Paris Face Cachée 2017

Paris Face Cachée 2017

Vous aimez découvrir des endroits insolites, méconnus ou tout simplement secrets ? Réjouissez-vous : Paris Face Cachée revient et vous propose durant trois jours des expériences uniques dans des lieux atypiques !

Paris Face Cachée, c’est le rendez-vous des amoureux de Paris qui souhaitent découvrir la ville et ses « coulisses ». Les 27, 28 et 29 janvier prochain, rejoignez une des 120 aventures proposées. Histoire, art, sciences, innovation, gastronomie, Paris Face cachée propose aux explorateurs curieux de se rendre dans des lieux habituellement fermés au public ou de participer à des expériences originales et insolites dans des lieux plus connus.

Pour cette 6ème édition, il vous sera par exemple possible de découvir l’envers du décor de l’aéroport d’Orly, d’un mythique studio de musique, d’explorer une ancienne carrière de calcaire transformée en brasserie jusqu’en 1978 ou encore de vous initier au spiritisme… historique !

Si les aventures sont déjà en lignes, la billetterie n’ouvre que le 11 janvier : notez bien cette date dans votre agenda car l’engouement est à la hauteur de l’évènement et les places s’envolent à toute vitesse ! Une seconde vague sera toutefois proposée le 18 janvier.

Paris Face Cachée
  • Les 27, 28 et 29 janvier à Paris et en banlieue proche
  • Programme
  • Uniquement sur réservation
  • Tarif : varie selon les évènements (nombre d’entre eux sont gratuits)

J’ai testé pour vous… les tablées cachées !

tablées

Pour vivre heureux, dînons cachés ! Si l’adage originel a été quelque peu modifié, l’équipe des Tablées Cachées ne s’y est pas trompée ! La recette du succès ? Chaque mois,  un chef, un endroit insolite et une tablée de curieux gourmands dînant avec le(s) propriétaires du lieu pour le découvrir et s’imprégner de son histoire. Vous imaginez bien que je ne pouvais manquer une telle promesse de bon repas et d’expérience inédite… : j’ai testé pour vous les tablées cachées !

Les Tablées Cachées, c’est l’association de Coline, Amélie et Jocelyn, trois passionnés amateurs de bonnes tables, qui ont trouvé LA recette pour un dîner plus que parfait : réunir, le temps d’une soirée, un chef et de chanceux gourmands dans un lieu secret, ouvert tout spécialement. Chaque mois, ces tablées réunissent ainsi une vingtaine de privilégiés, qui en plus de se régaler, découvrent les coulisses d’un endroit insolite. Parmi les dernières éditions, on notera notamment un diner dans une Nef, un autre dans les Anciens Frigos de Paris, ou encore une soirée sur les hauteurs de Belleville, dans d’anciens ateliers aux cours fleuries et aux faux airs de campagne. Et si le plaisir de la découverte est bien une des motivations premières du trio, celui de la dégustation n’est pas en reste : chaque fois, aux fourneaux, un maestro de la cuisine !

L’équipe déniche chaque fois des lieux hors du commun. Et le mystère demeure jusqu’à la dernière heure : si quelques indices sont dévoilés avant, le rendez-vous est donné la veille et ne laisse souvent pas présager de l’ampleur de la surprise qui attend les convives. C’est donc bien enthousiaste que je me présente un dimanche soir dans le 13ème arrondissement, à deux pas de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. Coline, Amélie et Jocelyn nous retrouvent accompagnés de Côme, interne en médecine, qui sera notre hôte de la soirée. Le dîner est en effet prévu dans un lieu habituellement connu que des seuls médecins : la salle de garde !

tablées cachées

Certaines d’entre elles ont fait couler beaucoup d’encre ces dernières années ; on se souvient en effet de la fresque polémique de Clermont ! Les salles de garde ont en effet un folklore… et une tradition paillarde assumée. Cantine des internes et des médecins, la salle de garde est un lieu à part d’un hôpital. Ses règles sont très codifiées : ici, toute hiérarchie hospitalière est abolie (seul règne en maître l’économe, un interne qui gère la vie du lieu), et toute mention à l’univers médical interdit. Sous peine de se voir octroyer une punition… comme celle de chanter une chanson paillarde ou d’embrasser son voisin. La salle de garde est un véritable sas de décompression.

tablées cachées

Nous découvrons ce lieu atypique sous les explications de deux économes et de médecins habitués de la salle. Quand vient l’heure de l’apéro, les bouteilles sabrées nous permettent d’apprendre que le tire-bouchon est interdit en salle de garde : sa forme trop proche d’instruments médicaux lui a valu d’être banni.

Puis vient l’heure du dîner : le chef Benjamin Schmitt a mis tout son talent dans un menu clin d’oeil à la médecine.  Du coeur de canard, un condiment mûre servi comme « une tâche de sang », une seringue pour recouvrir de coulis une pêche pochée… Tout est juste, délicieux et parfaitement assaisonné. Les discussions vont bon train et l’on se régale tout en échangeant avec les internes et médecins, qui sont ravis de partager avec nous les coulisses de cet univers si particulier.

tablées cachées

Verdict de cette tablée cachée ? Un sans-faute ! Le dîner est un régal et nous sommes tous ravis d’avoir, le temps d’un soir, eu accès à un lieu si secret.

tablées cachées

Vous voulez vous aussi rejoindre un de ces dîners ? C’est simple mais il vous faudra être rapide : abonnez-vous vite à la newsletter des Tablées Cachées et sautez sur les réservations dès que le prochain évènement s’annonce ! Pour ce qui est du prix, il vous faudra compter 70€ par personne… un tarif un peu élévé mais qui se justifie par la qualité de la prestation et de la cuisine, d’un niveau gastronomique.

(Encore merci à ma grande amie Claire qui m’a permis de vivre cette soirée d’exception ! Et merci à nos hôtes et notre chef d’un soir)

Infos pratiques :

(Article également publié sur Graines de blogueuses)

L’agenda de la semaine

 Agenda 18 au 22 mai

Vous êtes à la recherche de bons plans et d’idées sorties pour cette semaine ? Suivez le guide !

Mercredi 18 mai


Au naturel 

Même si la météo capricieuse sème un peu le trouble dans nos esprits, le printemps est bien là : l’occasion de mettre le nez dehors et d’aller au contact de celle dont on célèbre la fête en ce moment… Dame Nature ! La Fête de La Nature c’est 5 jours de manifestations au contact de la nature pour s’aérer, s’amuser, apprendre et réfléchir.

Jeudi 19 mai


Do you ‘Hips’ English ? 

Le musée Mundolingua, dont Eléna vous parlait juste ici, propose ce jeudi une conférence pour le moins originale : quel est l’effet de l’alcool sur notre maîtrise des langues étrangères ? Une expérience certainement déjà testée par la plupart d’entre vous et que mène une nouvelle fois la linguiste Emily Rae, qui signe un mémoire sur les effets de l’alcool « sur la production d’anglais des Français ».

  • A 19.30 – Mundolingua, 10 rue Servandoni, 75006 Paris
  • L’évènement Facebook
  • Réservation par mail à contact@mundolingua.org ou par téléphone : 01 56 81 65 79
  • Tarif : 5€

Vendredi 20 mai

 

C’est un beau Roland, c’est une belle histoire…

Terre battue et cris aigus sont de retour : vous l’aurez compris,  Roland-Garros is back ! Depuis lundi, les plus grands noms du tennis international se donnent rendez-vous à Paris, pour le plus grand bonheur des passionnés, prêts à risquer torticolis et coups de soleil devant des cours enflammés.

Samedi 21 mai


Saturday Night Fever

Vous êtes plutôt oiseau de nuit et vos grasses mat vous font passer à côté de bon nombre d’expos ? Rattrapez vous ce week-end : samedi, à l’occasion de la nuit des musées, plus de 1000 lieux de culture seront ouverts jusque tard dans la nuit !  Méfiez vous toutefois : l’offre est tellement large que vous passerez peut-être une nuit blanche à étudier le programme avant d’arrêter votre choix. Prenez du sommeil d’avance !

Dimanche 22 mai


Belleville Hills

Belleville est à la fête ce week-end : de vendredi à dimanche, ses rues et ses quartiers s’animent avec Belleville en vrai, un festival mêlant sport, musique et réflexion citoyenne. Vous êtes musicien, danseur, comédien, ou poète ? Venez partager votre talent !

Et aussi… Les Puces du Design du 19 au 22 mai, Asian Afterwork à Casaco jeudi, bal électro à la Ferme du bonheur samedi… ou encore le « classico », rencontre PSG-OM à suivre, verre à la main, dans de nombreux lieux de la capitale !

Parisiens – Citoyens : demandez votre carte !

Carte citoyenne Paris

En février dernier, la capitale française s’est dotée d’un nouvel outil pour ses habitants : la carte citoyenne, à destination de tous les Parisiens et Parisiennes souhaitant réaffirmer leur amour pour leur ville et « s’engager, partager, découvrir, participer« . Cette carte gratuite et ouverte à tous les habitants âgés de plus de 7 ans – sans condition de nationalité – s’obtient en seulement quelques clics. Mais à quoi sert-elle concrètement ? Explications.

Fluctuat Nec Mergitur. Les terribles événements de janvier et novembre 2015 ont glacé d’effroi la France entière et fait resurgir chez de bien nombreux Parisiens un fort sentiment d’appartenance et d’attachement à leur ville. Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, Paris est en effet unique, vive et mutine, fourmillante et libre.  C’est dans cet esprit de défense des valeurs qui lui sont associées mais également d’engagement de ses habitants que la municipalité a souhaité développer la carte citoyenne. Un acte militant ? Pas seulement.

Pour associer les Parisiens à la vie de leur ville, la carte donne accès aux coulisses de la vie municipale (Conseils, débats, formations citoyennes…) mais également à de nombreuses activités culturelles et historiques, comme la visite du Stade Jean Bouin ou des jardins à proximité des Champs-Elysées, ou encore la découverte d’arrondissements au travers de balades thématiques ou insolites. Pour y participer, rien de plus simple : il suffit, une fois muni de la carte, de sélectionner dans l’agenda l’événement qui nous plaît et de s’y inscrire. Petit bémol, les places étant limitées, un tirage au sort est effectué avant confirmation. Mais la diversité des activités et des dates laisse espérer plusieurs opportunités de prendre part à ces événements.

Vous souhaitez recevoir vous aussi votre carte citoyenne ? Rendez vous sur le site Paris.fr, rubrique carte citoyenne, créez un compte et saisissez les informations vous concernant. Dès le compte validé, un numéro de carte vous sera attribué et vous recevrez sous une dizaine de jours votre carte par courrier. Il ne vous reste plus ensuite qu’à à découvrir la ville sous un nouveau jour, plus citoyen !