Étiquette : Histoire

5 choses à faire dans le Ségala

5 choses à faire dans le Ségala

Métro, boulot, dodo… votre quotidien d’urbain manque malgré vous de nature? A seulement quelques heures de la capitale, le Ségala, coeur vert de l’Aveyron, vous appelle ! Découvrez juste ici 5 activités à faire dans cette terre de nature et de culture!

1) Ouvrir grand les yeux

Premier réflexe en arrivant en Aveyron : ouvrir bien sûr grand ses poumons et respirer de larges bouffées d’un air pur et frais ! Mais votre second réflexe devrait ensuite être d’ouvrir les yeux. L’Aveyron et le Ségala, pays des cent vallées, regorgent en effet de points de vue impressionnants, de paysages apaisants, de forêts riches et fournies, et disposent d’un patrimoine architectural et historique hors du commun.

Mais dans le Ségala votre regard saura aussi être charmé par des oeuvres d’art !  Surprenant sur cette terre au fort ancrage rural, nommée d’après le seigle, segal en occitan ? Pas tant que ça ! A Rieupeyroux, une folle initiative a vu le jour il y a dix ans : rendre l’art accessible à tous grâce à une artothèque, base d’emprunt d’oeuvres d’art. Comme on irait emprunter ses livres et DVD, particuliers, mairies, écoles et commerçants s’abonnent et empruntent pour deux mois tableaux, sculptures et autres créations d’artistes de renommée internationale. Le fond contient plus de 350 oeuvres et une partie de la collection est exposée au centre culturel de la commune, dont le dynamisme marquera tout visiteur qui le visite.

Centre culturel Aveyron Ségala Viaur

  • Espace Gilbert Alauzet
    12240 Rieupeyroux
  • Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17H.
  • Site de l’artothèque

Chapelle Saint Jean-Baptiste de Modulance

  • Dressée sur la montagne de Modulance, à 804 mètres d’altitude, la chapelle offre un panorama incroyable sur le Ségala et ses nombreuses vallées, entre les rivières Viaur et Aveyron. Par temps clair, on y verrait même jusqu’aux Pyrénées !
  • Visites à la demande – 05.65.65.51.12

Vue du Ségala (c) StrawberryBlonde

2) Prêter l’oreille

Dans le Ségala, tous les sens sont aux aguets. Après avoir pleinement satisfait notre vue, il s’agirait désormais de prêter l’oreille. D’abord pour entendre les sons de la nature : meuglements des vaches, mélodie d’un ruisseau qui s’écoule, cloches des églises médiévales mais aussi le vrai silence que l’on retrouve à la campagne.

Ensuite, pour découvrir l’histoire des lieux et des habitants de la région. C’est en effet ce que propose Oreilles en balade ! Armé d’un smartphone prêt à flasher des QRcodes ou d’un audioguide emprunté en mairie ou chez un commerçant, partez en promenade dans les villages du Ségala, guidé par les voix et histoires des Aveyronnais. Les parcours proposés vous permettront notamment de découvrir des vestiges du Moyen-Âge, les anecdotes sur des sites historiques ou encore l’histoire du sculpteur Pierre Alechinsky. Ils seront aussi l’occasion d’écouter les récits des anciens, partageant leurs souvenirs et leur regard sur la région, la religion, l’agriculture ou les traditions locales.

Une oreille attentive vous permettra également d’entendre sonner le Martinet de la Ramonde. Martine ? Raymonde ? Non, non, et rien à voir non plus avec le martinet du père Fouettard. Le Martinet de la Ramonde est en fait un marteau hydraulique, ancêtre du marteau pilon, servant à battre le cuivre. Utilisé durant des siècles par des artisans pour faire des chaudrons, il a été rénové par une association et bat encore la mesure à La Bastide-l’Évêque.

Oreilles en balade

  • 15 parcours pour tous, gratuits, en libre accès et sans durée imposée
  • Existent en version adulte et enfants

Le Martinet de la Ramonde

  • Gorges de l’Aveyron, Le moulin du Roc, La Bastide-l’Évêque, 12200 Le Bas-Ségala
  • Visites guidées, visites pédagogiques
  • Aire de pique-nique et petit musée avec une salle de projection

Vaches d'Aveyron et du Ségala (c) StrawberryBlonde

3) Remonter le temps

Vous n’êtes pas convaincus de la fiabilité des machines à voyager dans le temps ? Faites confiance à la ligne Paris-Rodez ! Un séjour dans le Ségala, c’est l’occasion de véritablement remonter le temps. Il suffit pour cela par exemple de vous rendre à Prévinquières : dans ce village médiéval, les bâtisses ont vu défiler les siècles. Irène Desmard, enfant du pays passionnée d’Histoire, a rénové une maison du XVème siècle, ancienne école de jeunes filles, pour en faire la chambre d’hôte. En partie construit sur les anciennes fortifications de la ville datant du XIIIème siècle, l’édifice a tout le charme de l’ancien mais avec un confort que nous envieraient tous nos contemporains. Et ce, même dans la chambre appelées « Donjon » ou « Médiévale » !

Le Portail Haut & Prévinquières

  • Chambre entre 2 et 4 personnes, à partir de 75€ avec petit déjeuner
  • Ouvert de mars à janvier
  • Le bourg, 12350 Prévinquières
  • Information et réservation : 06 99 80 61 69

4) Avoir le goût des bonnes choses….

Le plein air, les balades, c’est que ça creuse tout ça ! Mais rassurez-vous, s’il y a une chose à retenir sur l’Aveyron, c’est que l’on y mange, et que l’on y mange bien !  Le Ségala, grenier de la région, est une terre de culture et d’élevage. Boeufs, veaux, moutons font la fierté des exploitants aveyronnais et la viande est un élément incontournable de la cuisine locale.

Parmi les spécialités du département, on pensera notamment aux tripoux, des panses de veaux farcies au jarret de porc et au céleri, au boeuf d’Aubrac, ou encore aux nombreux plats autour du veau d’Aveyron et du Ségala, une appellation obtenue selon un cahier des charges très strict et qui perpétue un savoir-faire local et historique.

Mais à part la viande me direz-vous ? Et bien, un point sur la cuisine aveyronnaise ne serait rien sans une mention de l’aligot. Cette spécialité m’a valu de défaire ma ceinture d’un cran… voire de deux, lors de mon récent séjour en Aveyron. Purée de pomme de terre mélangée à de la tomme d’Aubrac et de l’ail, l’aligot est souvent servi en accompagnement des (déjà copieuses) portions de viande. Si vous ne voulez pas passer pour un touriste, servez vous en aligot en le faisant filer sans le rompre. Un tour de main habilement maitrisé par les habitants de la région… et les Auvergnats, eux aussi friands d’aligot.

Heureusement, la nature et les grands espaces du Ségala sont le cadre idéal pour faire un peu d’exercice : une manière de contrebalancer les plaisirs d’une cuisine locale très (très) généreuse !

– Idées de restaurants :

5) … Et renouer avec sa part bestiale

Cabra de Broussailles - Chèvres (c) StrawberryBlonde

Moutons, chèvres, vaches, chevaux, ânes… Dans le Ségala, les mammifères que l’on trouve en plus grand nombre ne sont pas les humains. Pour le plus grand bonheur des amoureux des animaux. Si un réveil à l’aube ne vous fait pas peur, profitez de votre séjour en Aveyron pour assister à une tétée de veau. Chaque matin, après une nuit passée loin d’elles, les veaux d’Aveyron et du Ségala retrouvent leurs mères pour un petit déjeuner lacté. Et l’enthousiasme est de la partie !

Si vous êtes plus ovins que bovins, vous pourrez également rêver d’une vie pastorale en accompagnant un troupeau de chèvres au Cabra des Broussailles. Vous auriez dû voir ma fierté quand, bergère d’un jour, je me suis essayé à la traite et ai réussi du premier coup à faire sortir du lait des mamelles de ma partenaire. Le brise coeur a été de ne pas pouvoir repartir avec un des petits chevreaux.

– Tétée des veaux d’Aveyron et du Ségala : renseignez vous auprès de l’office de tourisme pour connaître les exploitations qui reçoivent du public, et l’heure à laquelle il vous est possible de venir. Certaines fermes recoivent en effet le matin, d’autres plus tard dans la journée, vers 18h.

Cabra de Broussailles

  • Elevage de chèvres du Rove en sylvo pastoralisme et bio dynamie
  • Transformation fromagère et vente de fromages
  • Visite sur rendez vous au 06 40 19 98 70

 

Toutes ces idées vous ont donné des envies de week-end ? 

Il est très simple de se rendre dans l’Aveyron : les liaisons par le train sont quotidiennes depuis Paris (arrêtez vous à Millau, Rodez, Albi…) et la voiture et le bus sont également des options pratiques et peu coûteuses. Pour les pressés, Air France, Hop et la compagnie low-cost Flybe desservent également l’aéroport de Rodez.

Quelques liens pratiques pour retrouver plus d’information :

Si la destination vous intéresse, retrouvez également mon article Postcard From Aveyron, dans lequel je partage « à chaud » mon impression sur la région.


Nota Bene : C’est à l’occasion de l’édition 2018 du salon des blogueurs de voyage (qui se tenait à Millau) que j’ai eu le plaisir de découvrir l’Aveyron. Cet article fait suite à un blogtrip réalisé dans le cadre du salon des blogueurs de voyage mais n’est pas un article rémunéré. Il est un compte-rendu sincère et est garanti sans tentative de corruption à l’aligot 😉 Encore un grand merci à l’équipe du WAT18 et aux offices de tourisme d’Aveyron et du Haut Ségala qui nous ont réservé un accueil incroyable. 

 

 

Paris : 5 idées pour penser la ville autrement !

5 idées pour repenser la ville

Les 24 et 25 mars se tiendra une nouvelle édition du Week-end Co de Casaco. Deux jours d’immersion entreprenariale durant lesquels porteurs de projet, entrepreneurs et étudiants rivaliseront d’imagination autour du thème « réinventer la ville ». A cette occasion, découvrez 5 idées pour voir la ville autrement !

1) Google Curio-Cité

Vous avez toujours rêvé d’admirer la vue depuis les toits de Paris mais n’êtes pas faits pour l’escalade ? Découvrez l’ « urbex » ou exploration urbaine en direct depuis votre canapé. Le programme Curio-cité developpé par Google Arts & Cultures en partenariat avec la Mairie de Paris vous invite sur les pas de David de Rueda, explorateur urbain et photographe. Admirez des lieux insolites de Paris en 360° et découvrez la ville autrement !

2) Un tour du monde parisien avec Jetlags

Redécouvrir la ville c’est aussi s’intéresser à toutes ces facettes. Partez à la rencontre des différentes cultures à Paris à l’occasion du  » tour du monde  » proposé par Jetlags le 22 avril prochain. Au fil d’un parcours de  4 ou 8 heures, rythmé par de nombreux challenges, embarquez pour un Paris cosmopolite et passez d’un continent à l’autre en quelques rues seulement.

3) Paris, I see you

Rejouez Fenêtre sur cour et laissez aller vos penchants voyeuristes en découvrant le projet de la photographe Gail Albert Halaban. De la fenêtre de votre ordinateur à celle de votre voisin, il n’y a qu’un pas, que l’artiste franchit aisément.

Fenêtres d’un immeuble de Belleville dans le 20ème arrondissement
(c) Gail Albert Halaban – Courtesy éditions de La Martinière

4) Visiter la ville… et remonter le temps

Paris « à ciel ouvert », est déjà une formidable machine à remonter le temps. Tant ses monuments que les cartels historiques présents dans nombre de ses rues permettent au visiteur de retracer l’histoire de la cité. Mais si vous voulez véritablement « voir » l’Histoire telle qu’elle fût, rendez-vous place de la Bastille pour observer, via les jumelles de la borne Timescope, le passé de la place; à l’heure de la Révolution française, mais aussi en 1416.

5) Week-end Co : Réinventer la ville

Avec tout ça, vous devriez déjà voir la ville autrement ! Et s’il vous arrivait même de la repenser? Casaco renouvelle l’expérience du Week-end Co et invite cette fois les entrepreneurs en herbe et porteurs de projets à revisiter l’espace urbain et ses services. Mobilité, Transports, Urbanisme, Ecologie, Insertion, Ville connectée, Circuits-courts, Démocratie locale : le challenge est de taille mais l’équipe du lieu et des coachs seront là pour vous accompagner et vous chouchouter !  A vos projets !

Et comme j’ai foi en vos idées, bénéficiez en vous inscrivant sur ce lien d’une réduction pour votre week-end  : S’inscrire.

 

Paris : 10 idées sorties pour les Journées du Patrimoine

Journées du Patrimoine

Oyé, oyé, réjouissez-vous : les journées européennes du Patrimoine sont de retour ce week-end et promettent, comme toujours, de superbes découvertes. A Paris et en Ile-de-France, plus de 1500 sites ouvriront leurs portes aux visiteurs. Dur de faire son choix parmi cette offre gigantesque… Le coeur serré, je me suis pourtant attelée à la tâche : découvrez ma sélection de 10 sorties !

Les journées européennes du Patrimoine – qui fêtent cette année leur 33ème édition – sont de retour les 17 et 18 septembre dans la France entière. Le concept demeure inchangé : ouvrir au public des lieux méconnus et lui donner accès à des monuments ou espaces habituellement fermés ou limités à un public de professionnel. Et les habitants d’Ile-de-France sont chanceux : 1500 lieux et 2500 animations les attendent. Culture, histoire, danse, métiers insolites, le programme est chargé.

1 – La touche histoire
Institut de Paléontologie Humaine – Paris 13ème

Tant qu’à aller à la rencontre de l’Histoire… autant commencer par le commencement ! L’institut de Paléontologie humaine, consacré à la préhistoire et à l’étude des premiers peuplements, compte parmi les plus anciennes fondations de la ville. Habituellement fermé au grand public, le lieu ouvre ses portes à quelques privilégiés. L’entrée à une visite guidée se fait sur réservation… Dépêchez-vous, les places sont limitées !

2 – Liberté, Egalité, Citoyenneté
Assemblée Nationale – Paris 7ème

Si la rentrée vous a fait passer l’envie de vous asseoir sur les bancs de l’école, je suis certaine que vous ne bouderez pas une petite révision de vos cours d’éducation civique « in situ ». Cap sur l’Assemblée Nationale ! Visite du palais Bourbon, de l’hémicycle et des nombreux salons : découvrez le temps d’un week-end le cadre et le fonctionnement de cet endroit pas comme les autres.

  • Assemblée Nationale
  • 126 rue de l’Université, 75007 Paris
  • Visites libres les 17 et 18 septembre de 09h à 18h

3 – Back to the future past
Ecole des restaurateurs d’art – Aubervilliers

A l’école des restaurateurs d’art, on remonte le temps. Sculpture, peinture, mobilier, les ateliers de la Manufacture des allumettes sont un temple dédié à l’art. Lors de ce week-end patrimoine, les visiteurs pourront aller à la rencontre des enseignants et élèves de cette école atypique. Et le lieu vaut le détour : la manufacture, ensemble industriel du XIXème, est en effet classée monument historique !

4 – Molitor, J’adore
Piscine Molitor –  Paris 16ème

Si les chaudes températures estivales se poursuivent, pourquoi ne pas prendre au pied de la lettre cette invitation au grand bain culturel… en allant découvrir les bassins de la piscine Molitor ?  Inaugurée en 1929, fermée soixante ans plus tard, la piscine au style remarquable a été rénovée et a rouvert en 2014. Mais ses tarifs – hum – conséquents peuvent refroidir les plus téméraires d’entre nous. Profitons donc de dimanche pour la découvrir, lors des visites libres qu’elle propose.

  • Piscine Molitor
  • 8 Avenue de la Porte Molitor, 75016 Paris
  • Visites libres le dimanche 18 de 12h à 18h

5 – « Papiers, s’il vous plaît »
Musée de la Gendarmerie Nationale – Melun

Une visite qui a du chien ! Le musée de la gendarmerie Nationale à Melun propose en effet pour ce week-end spécial une série de démonstrations cynophiles. Au programme, présentation du métier de maître chien et …mises en situation : recherche de stupéfiants, simulation d’une attaque, recherche d’explosifs, recherche de personne disparue…. Grixy, Dicks, Gringo, Haefen et Fider, 4 bergers belges et un Saint-Hubert, sont sur tout les fronts et n’ont qu’une hâte : vous montrer leur savoir faire !

6 – Opéra(ts)
Ecole de danse de l’opéra national de Paris – Nanterre

Consacrés par Louis XIV qui crée en 1713 le « Conservatoire de danse », la danse et son apprentissage font partie de l’histoire de France et sa région capitale. Installée depuis 1972 à Nanterre dans un bâtiment moderne, l’école de danse de l’opéra de Paris accueille les petits rats qui rejoindront, pour la plupart, les ballets de danse. Que vous ayez la grâce d’Anna Pavlova ou que vous ne sachiez pas aligner deux pas de danse, venez découvrir ce lieu d’exception pour vous sentir, le temps d’une journée, « un peu plus près des étoiles ».

7 – Zoo sous-terrain
Museum National d’Histoire Naturelle – Paris 5ème

Vous aviez déjà entendu parler du crocodile perdu dans les égouts ? Et si je vous disais que les sous-sols parisiens abritent bien d’autres animaux ? Vous en saurez plus ce week-end en vous rendant au Museum National d’Histoire Naturelle. Le musée lève en effet le voile sur ses coulisses en proposant aux visiteurs de découvrir la Zoothèque grâce à une retransmission en direct dans l’auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution. La jungle parisienne n’a jamais mieux porté son nom !

8 – Dame Justice
Cité judiciaire de Pontoise

On n’entre rarement dans ses murs sans crainte. La cité judiciaire de Pontoise ne manque pas d’impressionner, elle qui se dresse fièrement sur les hauteurs de la vieille ville. Cette fois, vous pouvez y aller le coeur léger : c’est accompagné d’un avocat et de la chargée de patrimoine du bâtiment que vous découvrirez la vie et le fonctionnement de ce lieu de justice.

9 – A bon port
Heliport de Paris – Issy les Moulineaux

Paris, ville (héli)portuaire ! L’Héliport de Paris, créé en 1957, ouvre ses portes au public pour ce week-end patrimoine. Rencontres avec des professionnels et passionnés, observation d’hélicoptères de la sécurité civile, visite du site qui s’étend sur 4,5 hectares : le programme est chargé !

  • Heliport de Paris
  • 15ème arrondissement – sud de la porte de Sèvres et du boulevard périphérique
  • Visites libres le dimanche 18 septembre

10 – Métro, boulot… maso ?
RATP – Paris

Vous avez l’impression de passer votre vie dans les transports et redoutez chaque lundi et son retour aux trajets sous-terrains ? Pourtant, l’idée de « replonger » en week-end n’a pas effrayé de nombreux parisiens ! Quand la RATP a mis en ligne les activités proposées pour les journées du patrimoine, les places se sont arrachées en quelques minutes. Guettez toutefois les actus sur sa page dédiée : des places pourraient être remises en jeu en cas de désistement. On se connecte, on rafraîchit la page et – clin d’oeil à nos semaines en métro –  on ne désespère pas et on fait preuve de patience ! #Mercidebienvouloirpatienter

10 faits insolites sur l’Islande

Islande

Islande. La petite île fait sacrément parler d’elle depuis ces derniers jours : son équipe de foot s’est en effet illustrée à l’Euro en éliminant une autre nation d’Insulaires… les Anglais ! Ce dimanche soir, c’est la France que s’apprête à rencontrer l’Islande : découvrez 10 faits insolites sur cette île hors du commun pour une pause culture lors de la mi-temps !

1) Prénoms

Si sur le maillot des joueurs islandais, ce sont bien les noms de famille qui s’affichent… c’est une exception notoire à la règle islandaise : en effet, en Islande, on s’adresse à tout le monde par son prénom, qu’il s’agisse d’un ami proche, de son chef ou encore du premier ministre ! Les classements alphabétiques, dans l’annuaire ou à la bibliothèque, se font d’ailleurs également par le prénom. Celui-ci, sauf exception validée par le « comité des prénoms », est choisi dans un registre de quelques 3500 prénoms officiels.

2) Noms

Pour filer l’image footbalistique, poursuivons sur les maillots : vous vous perdez un peu parmi tous ces noms aux consonance en « sson » ? L’explication est pourtant simple : l’équipe étant exclusivement masculine, tous les patronymes islandais se terminent en « sson », suffixe signifiant « fils de », et accolé au prénom de leur père. Cela vous semble encore obscur ? Prenons pour exemple « Ragnar » : si Ragnar a un fils, celui-ci aura pour nom de famille « Ragnarsson ». Si par contre, il a une fille, elle aura pour nom « Ragnardottir » (dottir signifiant « fille de »). Les membres d’une même famille n’auront donc pas le même nom et il n’est pas rare de croiser des homonymes !

3) Une grande famille

Avec à peine plus de 300 000 habitants (dont 10% se trouvent actuellement en France pour soutenir leur équipe nationale lors de l’Euro de football), issus des familles ayant peuplé l’île il y a 1200 ans, dire que les liens familiaux ne sont pas rares est un vrai euphémisme. Les Islandais seraient tous cousins, au maximum au 9ème degré. L’application IslendingaApp a même été imaginée pour retracer la généalogie des Islandais : un bon moyen de s’assurer que l’on ne « date » pas son cousin !

4) « Banana! »

A défaut de ne pas être les plus gros producteurs d’Europe – leur géothermie leur permettant pourtant de cultiver sous serres des fruits et légumes – les Islandais sont les plus gros consommateurs de… bananes. Ils en mangent chaque année plus de 18kg par personne et par an !

5) Conduite

L’appréciation des règles du code de la route est pour les Islandais… très subjective. Ne soyez pas surpris lorsque vous conduisez sur l’île de voir le conducteur vous précédant enclencher son clignotant… après avoir tourné ! Petite astuce si vous comptez louer une voiture pour votre séjour : ne négligez pas l’assurance « graviers », ce n’est pas un luxe.

6) Piscine clean

Laissez votre pudeur au vestiaire : les Islandais sont férus de bains chauds et de piscines… et sont très à cheval sur l’hygiène. Avant de se baigner, la case douche est obligatoire, et sans maillot s’il vous plaît. Des panneaux sont là pour vous le rappeler, et l’Office de tourisme a même créé une petite vidéo très amusante qui résume les quelques étapes clefs pour profiter des bienfaits des bassins islandais.

7) Eau-deur

Vous êtes sous la douche et avez l’impression de « faire cuire un oeuf » ? C’est tout à fait normal ! Le réseau domestique d’eau des Islandais est principalement chauffé grâce à la géothermie. L’eau peut donc avoir une odeur de souffre assez prononcée !

8) Amphibiens

Phoques, moutons, oiseaux, baleines, chevaux : la faune islandaise est riche et variée. Mais impossible d’y croiser une grenouille : il n’y a aucun amphibien et reptile sur l’île !

9) We’re all living in Amerika, Amerikaaaa

Sur la faille entre les continents européen et américain, l’Islande emprunte naturellement aux deux cultures. Le Coca-Cola se place au rang de boisson nationale (et les nombreux affichages publicitaires aux couleurs de la marque le rappellent…), le hot-dog est un incontournable snack. Par contre, vous ne trouverez aucun Mac Do : l’enseigne n’y est plus implantée depuis 2009 !

10) Météo

« Si le temps ne te convient pas, attends cinq minutes » : ce proverbe local résume assez bien la météo islandaise. Soleil, vent, pluie, neige, les saisons peuvent s’enchaîner en l’espace d’un quart d’heure : il est donc judicieux d’emporter avec soi plusieurs couches pour parer à toute éventualité !