Catégorie : Voyage

J’ai testé pour vous… les bobos de l’été

les bobos de l'été

N’en déplaise à une certaine Sophie qui crierait au plagiat, cet article aurait pu s’appeler « Les malheurs de Klervi ». Il faut en effet savoir que tout voyage se transforme souvent avec moi en une aventure digne des plus grands moments de François Perrin. Piqûre de méduse, sévères coups de soleil, mal de mer, épines d’oursin, chutes, bosses et bien sûr, nombreux passages à l’hôpital : j’ai testé pour vous… les bobos de l’été !

 

Le coup de soleil

coups de soleilLe contexte

Ah, le soleil ! Comme un bon nombre de mes semblables, avec l’arrivée de l’été, je n’ai qu’une envie : profiter de ses rayons et sentir sa chaleur sur ma peau. Oui, mais voilà, sa douce chaleur est trompeuse et serait même plutôt « main de fer dans un gant de velours » ! Avec ma peau sensible et malgré de généreuses couches de crème, je me suis ainsi retrouvée bien trop souvent marquée au fer rouge

Que faire ?

Il est essentiel de réhydrater au plus vite votre peau brûlée en appliquant, par couches épaisses, de la biafine ou de l’aloe vera. Si des cloques apparaissent ou si vous souffrez également d’une insolation, rendez vous dans la pharmacie la plus proche ou chez le médecin. Buvez énormément, évitez les heures les plus chaudes de la journée, renouvelez l’application de votre crème très régulièrement et bien sûr… retenez la leçon ! Il est vraiment dommage de brûler littéralement son capital santé, donc une solution : sortez couvert… de crème ou de vêtements.

Le mal des transports

Le contexte

C’est un peu un comble quand on sait combien j’aime voyager mais je suis depuis toujours malade en transports. Et l’ironie est poussée à son paroxysme quand je prends le bateau : j’ai beau être bretonne, fille et petite fille de marin, j’ai l’estomac à l’envers dès qu’il s’agit de prendre la mer. Nul besoin des détails peu glamour, vous l’aurez compris, le transport et moi, ça fait deux.

Que faire ?

Si comme moi, vous êtes abonnés depuis l’enfance au vogalen et regardez les manèges avec une défiance absolue, prenez quelques précautions. Mangez léger avant de partir, réservez vous un siège près d’une fenêtre, pour pouvoir regarder au loin et surtout pour vous aérer aux premiers signes de malaise. Tournez-vous vers l’homéopathie ou les aides préventives (cocculine, bracelets…) et… ne sortez jamais sans un petit sac à portée de main (on ne sait jamais ;-p).

La méduseméduse

Le contexte

Eté 2015. Je me baigne dans une magnifique crique à deux pas de l’île rousse, l’eau est cristalline et le soleil de plomb. Ma plénitude est soudain interrompue par la venue de Pélagie la méduse – ou Pelagia noctiluca, très belle méduse mauve de son état – qui décide de me piquer. Résultat : un cri tonitruant et un genou doublant de volume sous l’effet de la brûlure. Une chance : la méduse est des plus douloureuses… mais pas bien dangereuse !

Que faire ?

Commençons déjà par révéler l’intox : même si c’est très rigolo, faire pipi sur votre ami(e) piqué(e) par une méduse ne servirait à rien. La première chose à faire est de sortir de l’eau (évitez le suraccident !). Puis, pour que la brûlure ne se poursuive pas, il faut enlever les filaments venimeux, à l’aide d’une carte de crédit (quoi, vous ne vous baignez pas avec votre CB?), d’une pince à épiler ou « à défaut », en étalant du sable sur la plaie pour les piéger et en les faisant tomber avec un bout de carton ou de plastique. Rincez ensuite à l’eau de mer puis – si possible – à l’eau chaude (là, vous serez bien content d’avoir oublié votre bouteille d’eau dans la voiture garée au soleil).

Les moustiques

Le contexte

Pas besoin de dire grand chose à son sujet : avec les embouteillages, le moustique est définitivement l’ennemi numéro 1 des vacanciers. Je n’échappe bien entendu pas à la règle : les moustiques démontrent d’ailleurs un talent fou pour me piquer là où leurs boutons dérangeront le plus. Le dernier en date ? Sur un de mes orteils, pile à l’endroit de la sangle de ma chaussure : idéal pour la journée de marche qui m’attendait !

Que faire ?

Vous aimez la citronnelle ? Car le moustique, lui, ne supporte pas cette odeur ! De nombreux produits en contenant sont vendus chaque année mais je vous recommande d’aller vers les plus naturels d’entre eux : pour faire tomber les moustiques comme des mouches, certains fabricants ne lésinent pas sur des additifs pas sympa sympa. Sinon, la plus imparable des protections reste d’être couvert à l’extérieur et d’adopter la moustiquaire à l’intérieur. Si le mal est déjà fait, quelques gouttes d’huile essentielle de lavande aspic devraient pouvoir vous soulager. Sinon, il paraîtrait qu’une rondelle d’oignon calmerait la démangeaison : mélangé à l’odeur de citronnelle, voilà qui devrait être du meilleur effet pour l’été.

L’épine d’oursin

les bobos de l'été - oursinLe contexte

Il fait beau, il fait chaud, et vous décidez d’aller explorer les fonds marins en vous adonnant à une pratique bien sympathique : la plongée avec tuba. Vous vous émerveillez devant la richesse de sa faune et souhaitez observer de plus près les oursins. Manque de chance, une vague arrive, et vous vous retrouvez avec une ou plusieurs épines du charmant animal plantées dans votre corps. La situation vous semble irréaliste ? Ça m’est pourtant arrivé et les accidents d’oursins sont plus fréquents qu’on ne le pense !

Que faire ?

Si le premier réflexe serait d’arracher l’épine, il faut savoir quelque chose : les épines d’oursin sont très friables et se brisent souvent en laissant de nombreux morceaux sous la peau. L’idéal est donc de vous rendre au centre médical le plus proche. Le médecin ou l’infirmier pourra vous ôter l’épine… ou choisira, comme dans mon cas, de faire une petite opération locale en la brisant à l’intérieur et en vous prescrivant un antibiotique pour éliminer les résidus. Ouch !

Les points de suture

Le contexte

L’été, c’est aussi l’occasion de pratiquer de nombreuses activités en plein air. Rando, balades, vélo, canyoning… autant de possibilités de repartir cabossé(e) ! Je vous rassure, je ne visite pas les hôpitaux à chacun de mes séjours, mais je dois reconnaître avoir à mon compteur quelques cicatrices « estivales ». Mes 4 points de suture au Laos pour mon genou m’ouvrant la pommette en pleine descente de tyrolienne demeurent encore aujourd’hui mon souvenir le plus original !

Que faire ?

Tentez d’arrêter le saignement s’il est important. Désinfectez dès que possible et… rendez vous dans un centre médical pour faire observer la plaie, et la faire recoudre si besoin. Armez vous de votre carte vitale et de votre assurance maladie si vous êtes à l’étranger, et puis aussi d’un peu de courage (au Laos, ils posent les points sans anesthésie locale : une expérience… mémorable !).

Voyage : la playlist des vacances !

Playlist voyage

Valise bouclée, billets et passeport en poche : l’heure du grand départ approche ! Vous n’avez pas cette chance et devez encore patienter ? Peut-être même pensez-vous avec nostalgie aux vacances déjà achevées ? Découvrez ma playlist 100% Voyage, 20 titres qui vous emmèneront « plus loin que la nuit et le jour  » !

  • Voyage, Voyage – Désireless

  • Je pars (le vol de nuit s’en va) – Nicolas Peyrac

  • Around The World – Daft Punk

  • London Calling – The Clash

  • One night in Bangkok – Murray Head

  • Un dimanche à Bamako – Amadou et Mariam

  • Week-end à Rome – Etienne Daho

  • On the road again – Bernard Lavilliers

  • Moskau – Rammstein

  • L’Amérique – Joe Dassin

  • Et moi, et moi, et moi – Jacques Dutron (…700 millions de Chinois…)

  • Et j’entends siffler le train – Richard Anthony

  • Travel The World – Superbus

  • La Californie – Julien Clerc

  • Surfin USA – Beach Boys

  • Le Port d’Amsterdam – Jacques Brel

  • Africa – Toto

  • Sky & Sand – Paul Kalkenbrenner (de l’album Berlin Calling…natürlich!)

Et un dernier titre… planant pour boucler cette playlist voyage !

  • Airplane – The Beachboys

 

10 faits insolites sur l’Islande

Islande

Islande. La petite île fait sacrément parler d’elle depuis ces derniers jours : son équipe de foot s’est en effet illustrée à l’Euro en éliminant une autre nation d’Insulaires… les Anglais ! Ce dimanche soir, c’est la France que s’apprête à rencontrer l’Islande : découvrez 10 faits insolites sur cette île hors du commun pour une pause culture lors de la mi-temps !

1) Prénoms

Si sur le maillot des joueurs islandais, ce sont bien les noms de famille qui s’affichent… c’est une exception notoire à la règle islandaise : en effet, en Islande, on s’adresse à tout le monde par son prénom, qu’il s’agisse d’un ami proche, de son chef ou encore du premier ministre ! Les classements alphabétiques, dans l’annuaire ou à la bibliothèque, se font d’ailleurs également par le prénom. Celui-ci, sauf exception validée par le « comité des prénoms », est choisi dans un registre de quelques 3500 prénoms officiels.

2) Noms

Pour filer l’image footbalistique, poursuivons sur les maillots : vous vous perdez un peu parmi tous ces noms aux consonance en « sson » ? L’explication est pourtant simple : l’équipe étant exclusivement masculine, tous les patronymes islandais se terminent en « sson », suffixe signifiant « fils de », et accolé au prénom de leur père. Cela vous semble encore obscur ? Prenons pour exemple « Ragnar » : si Ragnar a un fils, celui-ci aura pour nom de famille « Ragnarsson ». Si par contre, il a une fille, elle aura pour nom « Ragnardottir » (dottir signifiant « fille de »). Les membres d’une même famille n’auront donc pas le même nom et il n’est pas rare de croiser des homonymes !

3) Une grande famille

Avec à peine plus de 300 000 habitants (dont 10% se trouvent actuellement en France pour soutenir leur équipe nationale lors de l’Euro de football), issus des familles ayant peuplé l’île il y a 1200 ans, dire que les liens familiaux ne sont pas rares est un vrai euphémisme. Les Islandais seraient tous cousins, au maximum au 9ème degré. L’application IslendingaApp a même été imaginée pour retracer la généalogie des Islandais : un bon moyen de s’assurer que l’on ne « date » pas son cousin !

4) « Banana! »

A défaut de ne pas être les plus gros producteurs d’Europe – leur géothermie leur permettant pourtant de cultiver sous serres des fruits et légumes – les Islandais sont les plus gros consommateurs de… bananes. Ils en mangent chaque année plus de 18kg par personne et par an !

5) Conduite

L’appréciation des règles du code de la route est pour les Islandais… très subjective. Ne soyez pas surpris lorsque vous conduisez sur l’île de voir le conducteur vous précédant enclencher son clignotant… après avoir tourné ! Petite astuce si vous comptez louer une voiture pour votre séjour : ne négligez pas l’assurance « graviers », ce n’est pas un luxe.

6) Piscine clean

Laissez votre pudeur au vestiaire : les Islandais sont férus de bains chauds et de piscines… et sont très à cheval sur l’hygiène. Avant de se baigner, la case douche est obligatoire, et sans maillot s’il vous plaît. Des panneaux sont là pour vous le rappeler, et l’Office de tourisme a même créé une petite vidéo très amusante qui résume les quelques étapes clefs pour profiter des bienfaits des bassins islandais.

7) Eau-deur

Vous êtes sous la douche et avez l’impression de « faire cuire un oeuf » ? C’est tout à fait normal ! Le réseau domestique d’eau des Islandais est principalement chauffé grâce à la géothermie. L’eau peut donc avoir une odeur de souffre assez prononcée !

8) Amphibiens

Phoques, moutons, oiseaux, baleines, chevaux : la faune islandaise est riche et variée. Mais impossible d’y croiser une grenouille : il n’y a aucun amphibien et reptile sur l’île !

9) We’re all living in Amerika, Amerikaaaa

Sur la faille entre les continents européen et américain, l’Islande emprunte naturellement aux deux cultures. Le Coca-Cola se place au rang de boisson nationale (et les nombreux affichages publicitaires aux couleurs de la marque le rappellent…), le hot-dog est un incontournable snack. Par contre, vous ne trouverez aucun Mac Do : l’enseigne n’y est plus implantée depuis 2009 !

10) Météo

« Si le temps ne te convient pas, attends cinq minutes » : ce proverbe local résume assez bien la météo islandaise. Soleil, vent, pluie, neige, les saisons peuvent s’enchaîner en l’espace d’un quart d’heure : il est donc judicieux d’emporter avec soi plusieurs couches pour parer à toute éventualité !

Rejoignez l’Iceland Academy et remportez votre voyage en Islande !

iceland academy

Vous avez toujours rêvé de découvrir l’Islande ? Alors sautez sur l’occasion : l’Iceland Academy propose jusqu’à la fin du mois de vous faire découvrir l’île aux côté de Guðmundur, Guðrun, Stína et d’autres charmants professeurs. Un retour – virtuel – sur les bancs de l’école qui vous permettra d’en savoir plus sur les activités et traditions islandaises… avec à la clef un séjour à gagner ! Qui a dit « Too Cool for School » ?

A Reykjavik, le spectacle « How to become Icelandic in 60 minutes » proposé au Harpa ne désemplit pas. Mais avant de vous transformer en vrai « local » à l’issue de ce cours intensif, prenez place sur les bancs de l’Iceland Academy pour vous initier aux basiques. Car en effet, si vous souhaitez passer inaperçu et ne pas être immédiatement repéré comme un touriste.certains conseils sont bienvenus avant de fouler le sol islandais

L’Iceland Academy, c’est une initiative de l’Office de Tourisme islandais pour faire découvrir l’île au travers de vidéos ludiques et de conseils amusants. Quatre principales sessions sont proposées, débloquant chacune un « badge » :

Badges Discover Iceland

  • How to avoid Hot Tub Awkwardness… ou comment apprendre le B.A BA du bain à l’islandaise. Vous y découvrirez notamment qu’il faudra laisser votre pudeur au vestiaire : la douche préalable au bain se prend sans maillot !
  • Responsible Travelling in Iceland… des richesses naturelles et un écosystème fragile comme ceux de l’Islande ça se préserve : dans ce cours, on apprend donc à agir en touriste responsable ! Des recommandations essentielles pour sauvegarder cet environnement qui fascine chaque année des milliers de visiteurs
  • Staying Safe in Iceland… Pour « dompter » la nature sauvage et passer un excellent séjour sans se mettre en danger,  quelques conseils sont les bienvenus. Le site SafeTravel.IS, développé par la même équipe, est d’ailleurs entièrement dédié à la sécurité des voyageurs.
  • A guide to Winter Sports in Iceland… L’Islande n’est pas la première destination à laquelle on pense quand on veut skier. Et pourtant ! De nombreuses activités sportives sont proposées en hiver, ne passez pas à côté !

Voici une petite vidéo vous donnant un aperçu de vos futures classes :

Une introduction à l’Islande qui vous donnera sans aucun doute sacrément envie d’y voyager ! Et ça tombe très bien : en remportant les quatre badges de l’Iceland Academy, vous validez votre inscription pour un tirage au sort qui vous permettra peut-être de vous envoler pour l’Islande. Il ne vous reste plus qu’à réviser et à croiser les doigts…

L’Actu Voyage

L'Actu Voyage
Actu Voyage : découvrez ci-dessous toute l’actualité des acteurs du tourisme ! Nouvelles apps, bons plans, records, start-ups innovantes, retrouvez toutes les informations du moment.